Un premier Ironman complet pour la citoyenne d’Ham-sur-Heure en 2020.


Faisant l’unanimité autour d’elle de par sa gentillesse et sa simplicité, Ingrid Vanescote est aussi et surtout une femme de défis.

Celui qu’elle s’était fixé cette année était son premier demi-Ironman, à Vichy en août : elle a largement dépassé son objectif en le faisant en 6h01 et en figurant parmi les 22 Belges qui se sont classés dans le top 10 de leur catégorie (7e des 45-49 ans). "Mais je râle ! Si j’avais su que j’étais aussi proche de descendre sous les 6 heures, je n’aurais pas traîné aux transitions !" lance-t-elle. "Au moins, maintenant, je sais que c’est largement faisable ! Ce sera un de mes objectifs de l’année 2020 !"

Avec un papa (André) qui a été membre de l’équipe nationale de handball et un cousin coach de volley-ball (Philippe), elle ne pouvait qu’attraper le virus du sport.

Toutefois, la Bourqui ne s’y est mise que tardivement, à 42 ans. "Je voyais des gens qui couraient devant chez moi et cela me paraissait facile… Mais en fait je me suis vite rendu compte que ce n’était pas aussi simple ! Néanmoins j’ai persévéré car c’est dans ma nature."

Le triathlon n’était pas une évidence mais elle adore se lancer des challenges ! "En août prochain, je retournerai à Vichy, mais cette fois pour l’Ironman complet ! J’ai rejoint le Black&Bike Racing Team et je me suis entourée de gens très positifs qui me tirent vers le haut, comme Pierre Hubert, Grégory Coulon, Paul Cado, Benoît César et le cyclo team AV Couillet."

Après Vichy, elle pourrait enchaîner avec un semi-marathon. "Il y a quelques mois à Cologne j’ai terminé première de ma catégorie. Par contre, je ne suis pas fan des marathons. Physiquement et mentalement, c’est pour moi l’exercice le plus dur !"

Cette année, la citoyenne d’Ham-sur-Heure s’est classée deuxième du challenge de Hainaut. "Un beau classement final car je n’ai pas fait énormément de courses ! J’aime faire de temps en temps des courses à pied, juste pour le plaisir."