L'avant de l'Olympic retrouve une équipe qu’il connaît bien.

Le hasard est parfois redoutable. Après une rencontre face à son meilleur pote, Luca Napoleone, Curtis Kabeya s’attaque à ses anciennes couleurs. Cette semaine, il défie Heist, avant de recevoir la visite de Liège. L’homme espère que les résultats seront positifs, après un revers contre le RWDM.

"Il est temps de relever la tête, explique l’intéressé. Nos dernières sorties n’étaient pas bonnes. Le groupe en est conscient. Le staff et les joueurs ont eu une bonne discussion. Il était important de mettre les choses au point. Chacun doit prendre ses responsabilités afin de redresser la barre."

Avec un bilan de deux points sur douze, l’Olympic s’est éloigné du top 3. Si la spirale négative se poursuit, c’est le ventre mou du classement qui attend les Dogues. "Il nous faut une victoire pour relancer la machine et briser cette routine."

À Heist, Charleroi devra donc se sublimer. "On devra jouer notre meilleur football, comme ce fut le cas en début de saison. Heist est un candidat sérieux et solide. Il peut s’appuyer sur une excellente organisation défensive. Les occasions seront rares. On devra profiter de la moindre faille pour pousser le ballon au fond des filets."

Curtis Kabeya retrouvera avec plaisir ses anciennes couleurs. "Je connais la majorité du groupe et plusieurs membres du staff. C’est un retour qui me fait plaisir. J’ai quitté le club, il y a un an et demi. J’ai toujours de bons contacts avec de nombreux joueurs."

L’homme retrouve également un stade et une pelouse qu’il connaît bien. "J’ai eu la chance de planter quelques roses dans ce jardin. Cela me fera bizarre d’être dans l’autre camp. Durant mes deux saisons à Heist, j’ai marqué 20 buts pour une quinzaine d’assists. J’espère renouer avec cette efficacité, à l’occasion de cette rencontre."