L'année dernière, Paolino Bertaccini, en mal de temps de jeu à Dender, décidait d'opter pour l'Autriche. A 23 ans, le jeune homme voulait prouver ses qualités et enchaîner les rencontres.

Au FC Wacker Innsbruck, il a trouvé un nouveau défi. Le club dispose de deux équipes, une en D2 et une en D3. "J'évolue dans la deuxième équipe", explique le Carolo. "Cette saison, avant la Covid-19, j'ai disputé 13 des 14 rencontres, avec pratiquement le maximum de temps de jeu. J’étais vraiment dans une bonne période. J'ai marqué quatre buts et délivré sept assists, c'est mon meilleur début de saison depuis mes débuts chez les pros.”


Si bien que l’ailier a frappé dans l’œil du staff de l’équipe principale. “L'équipe A m'a même emmené en stage avec elle. C’était un signal positif pour moi. Malheureusement, il y a eu un coup d'arrêt avec la situation sanitaire actuelle. Du coup, on ne joue plus en D3. Je n’ai donc plus l’occasion de m’illustrer pour poursuivre sur cette belle lancée. C’est assez frustrant pour moi."

"Je me sens bien en Autriche"

Pour celui qui fut international chez les jeunes, l’attente est longue et compliquée. "On nous parlait du 1er mars. On va bientôt pouvoir reprendre individuellement avec un entraîneur. Sinon, on suit des programmes tous les jours pour tenir la forme. Mais ce n’est pas la même chose que la compétition et les entraînements collectifs. Le terrain me manque, les sensations, le public. J’ai besoin de ressentir tout cela."

© DR

L'ancien ailier du Cercle de Bruges veut en découdre avant la fin de son contrat. "Il arrive à échéance le 15 avril. J'ai encore un an d'option. Je vais savoir si le club compte la lever ou pas. Je me sens bien en Autriche. C'est un football qui me convient bien, malgré de grands gabarits. Je l’ai prouvé au cours de ce début de saison. Je pense que je peux vraiment m’exprimer dans cette série, même plus haut."

Son frère est aussi en Autriche

Pour celui qui a déjà eu une expérience au Portugal, aucun sacrifice n’est de trop pour réussir. C’est le même son de cloche pour son frère, Adriano. Comme Paolino, il a été formé notamment à Genk, avant d’arriver à Dender. Désormais, il joue aussi en Autriche.

"Il évolue pour le compte de Lusteneau. C'est une équipe de D2 qui est à deux heures de route d'où je vis. Il a disputé quelques rencontres comme titulaire. Mais il y a un attaquant indéboulonable à sa place. Malgré tout, il sort de quelques matches amicaux intéressants, avec tout récemment un triplé. Il doit donc attendre sa chance et la saisir. Il a signé un contrat de deux ans. Je pense que le club est actuellement septième ou huitième au général."

© DR