Les piscines peuvent rouvrir dès ce mercredi. Mais pour beaucoup de clubs, comme à Charleroi, on attendra encore un peu…

À partir du 1er juillet, les nageurs pourront (enfin) se jeter à nouveau à… l’eau. Mais pour cela, il faudra que chacun accepte de se mouiller un peu. Les piscines peuvent désormais également surfer sur la vague du déconfinement, à condition de respecter certaines règles.

“Tout le monde s’est battu pour cela”, lance Yves Hermans, le président du Charleroi Hélios Aqua Team. “Mais si l’autorisation est bien pour le 1er juillet, cela ne veut pas forcément dire que les piscines ouvriront à cette date.”

Les clubs ont reçu des directives précises. Et il en va de même pour les responsables des différents bassins. “Ce sera une course contre-la-montre afin que tout puisse être mis en place le plus rapidement possible. Pour les nageurs, je miserai davantage sur le 6 juillet.”

Ce déconfinement sportif ne signifie donc pas un retour complet à la normale. “L’école de natation est suspendue jusqu’au mois de septembre. On compte 150 à 200 inscrits. Ce serait trop compliqué de faire respecter les bulles à ces enfants. Par contre, j’attends les dernières infos pour les nageurs compétiteurs. Cela concerne 60 sportifs auxquels il faut ajouter nos 30 joueurs de water-polo. On va pouvoir reprendre les entraînements. On verra également en fonction des deux autres sites que sont le centre aquatique de Marcinelle et le bassin de Montignies-sur-Sambre.”

Le club a dû noyer plusieurs belles compétitions. “C’est la période des championnats de Belgique que nous organisons souvent à la fin du mois de juillet. Il s’agit d’une rentrée importante qui peut faire vivre le club durant une année. À Charleroi, on a de la chance. On n’a pas dû payer notre loyer au cours des 4 mois de confinement. Par contre, on devait également mettre sur pied un grand Open, pour la première fois de notre histoire.”

Néanmoins, avec plus de 60 ans de natation dans les bras et les jambes, Yves Hermans se pose une question. “Une fois encore, c’est le football qui a pu reprendre très tôt. La natation reste le parent pauvre, alors qu’il est le 2e sport olympique. Un nageur doit effectuer 12 sorties par semaine. Il va falloir rattraper ce retard rapidement.”