Comme la plupart de ses coéquipiers, Zakaria Lamsaiah a répondu aux sirènes de l’Italie. A 25 ans, le Carolo a accepté de quitter ses proches et sa ville pour sa carrière.

Pour rappel, la Covid-19 a mis un terme prématuré au championnat pour la deuxième fois, en Belgique. Tous les meilleurs joueurs ont dû se résoudre à trouver un nouveau port d’attache. Pour le Carolo, Naples s’est rapidement imposé.

"On m’a proposé de pouvoir rejoindre la série B", explique l’intéressé. "C’est le troisième niveau en Italie. J’avais envie de découvrir un nouveau championnat, une nouvelle culture, mais aussi et surtout conserver mon état de forme pour la prochaine saison."


Zakaria Lamsaiah est un joueur atypique. Petit et rapide, il n’a pas le gabarit habituel d’un joueur de salle. Ce qui a dû désarçonner son nouveau club. Mais très vite, le jeune homme a su démontrer ses qualités. Des qualités qui font de lui l’un des meilleurs défenseurs en Belgique.

© DR

"C’est un style de jeu totalement différent de celui que je connais. C’est beaucoup moins technique. La tactique est l’une des bases. Du coup, j’ai des facilités techniques que j’essaie de mettre à mon avantage. Le plus difficile est sans aucun doute la communication. Il y a la barrière de la langue. Mais après quelques semaines, je commence à comprendre et à me faire comprendre. J’utilise de moins en moins l’appareil… J’ai également découvert un nouveau système, avec le 4-0."

L’appareil ? A son arrivée, Zakaria Lamsaiah a été bien reçu par le club qui lui a offert un cadeau un peu particulier. "Le président m’a donné un traducteur vocal. C’est assez drôle, mais surtout très utile. Grâce à cela, j’ai pu me débrouiller au début. Je vous en ai même fait une petite démonstration."



Ce n’est pas la première fois que le jeune joueur s’exporte pour vivre son rêve. "J’ai eu la chance d’évoluer à Montpellier au début de ma carrière. C’était également une bonne expérience qui m’a permis de forger mon jeu et mon caractère."


Mais c’est à Roselies que la pépite s’est révélée.

© DR

En salle, son style de jeu pourrait être comparé à celui du pitbull Edgar Davids. Avec une technique bien à lui, le jeune homme récupère un nombre incalculable de ballons pour permettre à l’équipe de se projeter vers l’avant. C’est pour cette hargne notamment que Charleroi a voulu l’enrôler.

"J’ai eu la chance d’apprendre beaucoup avec Zico et mes coéquipiers. J’espère pouvoir poursuivre l’aventure avec les Carolos. J’ai envie de jouer pour des titres et de disputer des compétitions européennes. Mais, pour l’instant, je me concentre sur ce défi en Italie. Ici, les Italiens adorent mon style. Je suis petit mais j’arrache toutes les balles. Le public aime cela et moi aussi." L’homme a même trouvé le chemin des filets.


Mais que vaut le niveau de la série B, en Italie. "C’est le troisième échelon. Mais cela vaut les meilleures équipes de D2 en Belgique. Certains de mes coéquipiers pourraient jouer à Charleroi, en D1. Actuellement, nous occupons la deuxième place du classement. Il faut être dans le top 5 pour participer aux playoffs. C’est pratiquement une chose acquise. Mon premier objectif est donc validé. Je vais désormais tout faire pour permettre au club de décrocher le titre."

A Naples, Zakaria Lamsaiah n’est pas loin de l’un de ses meilleurs amis, puisqu’Omar Rahou a rejoint la Real San Giuseppe.

"On se parle souvent. On échange. On se suit et on s’encourage. Je suis certain qu’il va tout exploser dans cette série A. De mon côté, je ne suis pas seul. Mes coéquipiers sont accueillants et le club prend régulièrement de mes nouvelles. Je m’entraîne tous les jours. Quand ce n’est pas avec l’équipe, je vais à la salle de gym. Je veux être au meilleur de ma forme pour réussir."

© DR

>>> Les sportifs carolos à l'étranger à l'ère du Covid (1/6): Lucas Napoleone, de l'équipe B de l'Olympic aux playoffs en Espagne