Charleroi Plusieurs fans du matricule 246 se sont mobilisés pour le club de leur cœur.

Échelles, pinceaux, pots de peinture et outils à la main, les supporters ont envahi les travées de l’Olympic et de Marchienne. Non, la colère ne gronde pas. Au contraire, il y a un véritable élan positif qui plane sur le matricule 246. "Avec plusieurs fans du club, on a décidé de repeindre les gradins qui se trouvent sous le marquoir", explique Eric Trogh. "C’est important de pouvoir embellir notre stade."

Les supporters n’y vont pas forcément de leur poche. "Cela a pu arriver, parfois. Mais, même du temps d’Adem Sahin, il remboursait le matériel. La peinture est le fruit d’un marché public de la Ville. J’ai été acheté les pinceaux et les rouleaux. Patrick Rémy s’est engagé à me les rembourser."

Il y a d’autres chantiers sur le feu. "On va s’occuper des guichets de l’entrée et du fan-shop. Ils ont également besoin d’un bon coup de peinture."

Certains supporters pensent que ce n’est pas leur rôle. D’autres ne veulent pas y songer. "Chacun fait ce qu’il veut. Ce qui est important, c’est de voir certains anciens revenir dans le stade. Je sens une véritable émulation. J’espère vraiment que la Neuville va revivre."

© DR

© DR

Eric Trogh tenait à mettre d’autres membres en avant. "Il y a notamment Claudy Piret qui est un supporter du club mais qui vient de… Liège. Je pense aussi à Lino Ricco. Et il y en a d’autres."

Les supporters n’en sont pas à leur coup d’essai. "On a également débroussaillé les sites de Marchienne. Les terrains d’entraînement de l’école des jeunes et ceux du stade communal. Certains ont réparé les filets pare-ballons. Un autre, qui est dans le bâtiment, a réparé les banquettes."

Les fans ont même décidé de faire plaisir à Alex Czerniatynski. "Désormais, les bancs de touche sont plus grands. Ils ont également changé de place. Alex souhaitait être sous nos supporters plutôt qu’à proximité des fans adverses."

© DR

“Nos supporters sont formidables”

Si les fans de l’Olympic semblent être sous le charme de Patrick Rémy, l’inverse est tout aussi vrai. L’homme d’affaires a trouvé sa place dans cette nouvelle famille de supporters. Il a participé à la majorité des événements. Durant les rencontres, il reste dans les tribunes. “Le VIP, ce n’est pas pour moi”, explique l’intéressé. “J’aime bien sentir le terrain et l’ambiance dans le stade. Je voulais du public. Désormais, j’en ai.”

Le président des Dogues apprécie les initiatives de ses supporters. “Ils sont formidables. Ils multiplient les actions pour le bien de tous. J’essaye de les aider à mon tour, en payant du matériel ou en offrant des lots pour les tombolas. Ils le méritent.”

© DR