Depuis ses débuts au RCCF, Marvin Vanhorick a toujours laissé entrevoir de belles qualités. Quand le projet s'est achevé, le jeune homme a tenté l'expérience à Waterloo. S'il était au-dessus du lot, l'ensemble du groupe n'a pas suivi.

Il y a quelques saisons, il a dû se résoudre à revenir en P1, à Monceau. "Je ne regrette pas", explique l'intéressé. "J'ai passé de bons moments, dans un chouette groupe. Je souhaite bonne chance au club pour la suite."

Avec son travail et sa fraîche paternité, Marvin Vanhorick ne pensait plus vraiment à l'échelon national. "Je ne croyais plus que c'était possible, même si j'ai reçu quelques belles propositions après Monceau. Mais Manu Castronovo a joué un grand rôle dans ce choix. Je le connais et je lui fais confiance. j'ai apprécié le projet du président et de l'entraîneur. Sur papier, le groupe me plaît beaucoup. J'ai donc hâte de débuter ce beau projet."

A 25 ans, Marvin Vanhorick espère donc briller avec Gosselies. "C'est un club de ma région, en D3. On va pouvoir évoluer au coeur d'une belle infrastructure, avec un synthétique. Je suis certain que l'on va faire de l'excellent travail ensemble."

Il attend beaucoup d'Olivier Suray. "Je suis impatient de pouvoir collaborer avec lui. Je sais qu'il a de la poigne et une certaine idée du football. Ce sont des conditions qui me conviennent parfaitement."

L'air de rien, Gosselies est en train de se forger un sacré groupe pour attaquer la prochaine saison en D3 ACFF.