Charleroi L’ex-boxeur prépare son troisième marathon, à Amsterdam, en octobre.

Après avoir fréquenté durant plusieurs années les rings de boxe, Nicolas Critelli, 31 ans, a rejoint les pelotons de runners. Avec sa vareuse de l’ESM sur le dos, il s’épanouit pleinement dans sa nouvelle discipline sportive.

"J’ai pratiqué la boxe anglaise de mes 17 à 25 ans, raconte-t-il. Je m’entraînais avec Alex Polizzi, le pugiliste de référence à Charleroi. J’ai mené six combats avec comme bilan quatre victoires et deux défaites. J’ai participé au championnat de Belgique pour amateurs en 2013. Même si j’ai toujours adoré les vertus que prône ce sport, comme le respect et l’humilité, je n’ai plus eu l’envie de faire tous les sacrifices pour prester à un bon niveau. Je continue toutefois à monter sur le ring, mais pour le plaisir uniquement."

Courant régulièrement à cette époque pour entretenir sa condition physique, il s’y est mis de plus en plus assidûment, progressivement.

"J’ai intégré le club Solida’Run, puis l’ESM, d’abord pour le plaisir. Puis le virus de la compétition m’a repris. J’ai énormément progressé en endurance et en vitesse, à force de m’entraîner avec les coureurs expérimentés de l’ESM dans le parc du château de Monceau."

Le Rovien prépare ainsi son troisième marathon, à Amsterdam, fin octobre. "Les deux premiers, je les ai faits à l’arrache : à Anvers en 2017 en 3h57 et à Milan l’année dernière en 3h47. Cette année, je vise entre 3h10 et 3h20. Je bénéficie cette fois d’une vraie préparation concoctée par Pol Timmermans !"

Samedi, il s’est classé troisième d’une course de 7 km organisée dans le cadre de la kermesse d’Heppignies. "Une course qui me réussit puisque je l’avais emportée l’an dernier ! J’ai déjà plusieurs top 5 à mon actif mais il me manque un petit quelque chose pour être encore plus performant. Je compte bien l’acquérir aux entraînements."