Charleroi Les Carolos ont un souci de terrain. La Ville fait son maximum, mais elle doit respecter certains impératifs.

La P1 de Monceau est STF, traduisez sans terrain fixe. Fred Vandamme, le responsable du club, ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis janvier 2017, les Moncellois ne peuvent plus évoluer chez eux.

L’éboulement du terrain a causé des soucis à Monceau qui a dû trouver des solutions, avec l’aide de la Ville, afin de pouvoir poursuivre son évolution. À l’aube d’une nouvelle saison, le club espérait pouvoir profiter à nouveau de ses terrains. "Les travaux du Parc n’avancent pas. Les différents services de la Ville se renvoient la balle. Il semble que le problème soit plus profond que prévu."

Dans son ire, le club mêle également le dossier du Hameau. "On attend le terrain synthétique depuis des mois. On nous le promet. À chaque fois, il y a un souci. Au final, il ne devrait pas arriver avant le début de l’année prochaine…"

Avec ses 300 jeunes, Monceau ne sait plus sur quel pied danser. "Le souci est qu’on a besoin de connaître notre surface de jeu. Oui, on peut disposer des Fiestaux ou du terrain du Hameau. Mais ce n’est pas l’idéal pour une équipe de P1 avec de l’ambition. La surface de Couillet est occupée toute la semaine. Ce sera une catastrophe, après quelques matchs. Les infrastructures de Monceau ne sont pas assez grandes et modernes…"

Fred Vandamme a envoyé un recommandé. "On a décidé de casser notre relation avec la Ville concernant le Parc. Cela nous coûte de l’argent de l’entretenir. On est dans notre bon droit, avec ce trou. J’espère que cela va faire réagir les hautes instances. Le premier match est prévu le 11 août !"

À propos de Monceau Parc, la Ville, elle, explique : "On a bien conscience du problème. On est dans une configuration particulière. Elle nécessite des moyens et des étapes spécifiques, que ce soit au niveau du diagnostic et de la planification ou au niveau des interventions. On y travaille. On interviendra lorsque toutes les conditions seront réunies".

En ce qui concerne le synthétique : "Il est prévu au budget 2019. La ministre a donné son accord en avril. Le marché public suit son cours. Dans l’idéal, il devrait être réalisé à la fin 2019, au début de 2020. On cherche également les meilleures solutions pour Monceau. Le club aura un terrain pour attaquer la prochaine saison".

On pourrait même envisager le terrain de Marchienne, par exemple. Mais, à ce sujet, personne ne peut encore prendre une position. Qui de Monceau ou de la Ville ira le plus rapidement pour trouver un nouveau site ? Affaire à suivre.