À Oudegem, Tchalou comptait jouer crânement sa chance. Face à l'une des grosses cylindrées de la Ligue A, les Thulisiennes rivalisaient dans le premier set. L'adversaire leur offrait de nombreux points. Les filles d'Ugo Blairon en profitaient pour tenir la distance. Mais les Flandriennes se réveillaient et s'offraient le premier set 25-20. "C'est dommage d'avoir perdu ce premier set", explique Yvan Keuwez, le président. "À 17-16, tout était possible. L'adversaire a su se reprendre et durcir son jeu. On a perdu le fil à ce moment-là. Si on avait pu remporter ce set, je pense qu'on aurait pu vivre une autre rencontre."

Dans le deuxième, Tchalou souffrait et ne parvenait pas à contrer l'adversaire. Oudegem enfilait les points comme des perles. Ugo Blairon tentait plusieurs changements. Mais cela n'influençait pas le score. Les visités s'offraient le deuxième set 25-12. "Le groupe s'est un peu désuni. Nos adversaires ne lâchaient rien. Je ne sais pas si les filles étaient encore sur leur petit nuage du match face à Ostende, mais elles ont manqué de répondant."

Tchalou espérait sans doute inverser la tendance. Mais Oudegem évoluait à son niveau et enchaînait les bonnes phases. À la réception, les visiteuses ne trouvaient pas la parade. Le match leur échappait des mains. Les Flandriennes remportaient ce troisième set 25-13 ! Ce score de 3-0 est net et sans bavure. "À la réception, le groupe a vraiment souffert. Au service, Oudegem était au top. Maintenant, on va tout faire pour gagner à la maison. C'est tout à fait possible. On peut essayer d'arracher le golden set. Les filles n'ont rien à perdre. Cette demi-finale, c'est du bonus. Chez nous, on fera le maximum pour n'avoir aucun regret."

Tchalou devra sortir une grosse prestation à domicile pour inverser la tendance le 30 janvier prochain. Les filles ont déjà prouvé qu'elles pouvaient rivaliser avec les meilleurs.