Charleroi Ils étaient au départ du mythique Grand Raid. Une terrible expérience !

Le Grand Raid sur l’île de La Réunion fait partie de ces ultra-trails mythiques. L’édition 2019 restera une nouvelle fois gravée dans les mémoires des concurrents, organisateurs et suiveurs.

Quatre Carolos, Laurent Hellemans, Xavier Lebrun, Julien Martens et Mathieu Eloy, ont participé, avec 2 800 autres traileurs, à la course la plus emblématique de toutes, la terrible Diagonale des Fous . Celle-ci porte bien son nom : certains disent qu’il faut être un peu dingue pour se lancer dans pareille aventure (165 km, D + 9 900 m) !

Inévitablement, le mental et le physique ont été mis à rude épreuve mais tous les quatre ont atteint leur objectif : rejoindre l’arrivée sans trop de bobos. Partis jeudi soir à 22 h, Xavier, Julien et Mathieu sont arrivés ensemble le samedi à 19 h 03 (ils seront classés 599e, 600e et 601e au général).

Quant à Laurent , qui avait préféré courir à son rythme, il est arrivé dans la nuit à 00 h 51 (1 101e au général). "Julien, Mathieu et moi sommes restés groupés de bout en bout et ce fut un immense plaisir de partager cette formidable aventure à trois , raconte Xavier. Je dois dire que nous nous sommes bien marrés ! Nous nous étions fixé simplement comme objectif de franchir la ligne d’arrivée samedi un peu avant minuit et nous y sommes parvenus très largement. Laurent gardera aussi un formidable souvenir de cette épreuve dans la mesure où il a considérablement amélioré son chrono."

Si certains concurrents ont été induits en erreur par ce qui ressemblait à un débalisage volontaire, les quatre amis n’ont pas rencontré de souci de parcours. "Laurent et moi, nous connaissions les difficultés et les pièges à éviter car nous étions déjà là l’an dernier. J’avais noté mes temps de passage pour essayer de nous calquer dessus et nous les avons plus ou moins respectés."

L’épouse de Xavier, Catherine Martens, était elle aussi du voyage. Comme l’an dernier elle a pris le départ de La Mascareignes (65 km, D + 4 000 m). Partie vendredi à 3 h, elle a rejoint l’arrivée à 16 h 24.

“On s’endormait en marchant”

 Xavier et Laurent avaient déjà couru cette Diagonale des Fous mais c’était une grande première pour Julien et Mathieu. “Le tracé, extrêmement vallonné, est tout sauf évident mais c’est la gestion de la fatigue qui nous a paru le plus dure.”

En deux jours, ils auront dormi un total de 1 h 30. “On s’endormait en marchant… On s’est arrêté à quatre reprises pour des micro-siestes lorsque l’on sentait que l’un d’entre nous en avait besoin. Dans un raid tel que celui-ci, on peut se sentir très bien et puis subitement avoir un gros coup de barre. C’est pourquoi c’est toujours mieux de le faire en groupe.”

Une autre difficulté majeure à laquelle ils ont dû faire face était le froid. “Durant la nuit, il faisait -5°C. Tout était givré et on grelottait malgré nos couvertures de survie.”