Il y a un an et demi, l’aventure de Sébastien Deswijsen et de Châtelet tournait court. Avec cet arrêt, l’homme décidait de quitter l’Union belge pour la Ligue et Manage.

"Avec la Covid-19, je n’ai pas vraiment eu le plaisir de goûter pleinement à cette expérience", lance l’intéressé. "Mais ce confinement et cette situation ont eu un effet positif sur moi. J’ai ressenti un manque du futsal de l’Union belge."

À 29 ans, l’homme veut se relancer au sein de l’élite. "Je pense que je peux toujours apporter quelque-chose. J’en ai toujours dans le ventre et dans les jambes."

Il est vrai que le frère de F.-X. Deswijsen affiche une belle carte de visites. Formé à Action 21, il en a porté le maillot en équipe première, avant de rejoindre Morlanwelz, Châtelineau, Lier ou encore Charleroi sous sa nouvelle forme. " J’ai également quelques sélections avec l’équipe nationale. J’ai tout connu ou presque dans le futsal. J’ai encore de bonnes années devant moi. Alors que ce soit un projet en Wallonie ou en Flandre, je suis chaud."

Toujours actif au football, en P1, il tente de garder la forme. "Il y a eu le confinement. Mais je m’entraîne pour retrouver un physique idéal pour la D1 en salle. Si une équipe me fait confiance, je compte bien être prêt à relever le défi."