Charleroi

Courcelles s’est imposé à Snef dans le match au sommet en P2C.

Suspense digne d’un blockbuster hollywoodien en P2C. À trois journées de la fin, Snef, Ransart et Courcelles étaient à égalité de points : 54 unités au compteur. Dans cette fin de championnat haletante, le premier épisode voyait Snef-Tyber recevoir Courcelles.

Gagner cet après-midi à Seneffe éliminerait quasi certainement l’adversaire du jour de la lutte pour le titre. Et ce sont les Courcellois qui l’avaient bien compris. Dominateurs en début de rencontre, les hommes de Marco Capacci démarraient la rencontre tambour battant, dominant une équipe de Snef paralysée par l’enjeu et trop gentille par moments.

Pour le coach de Courcelles, "on voulait démarrer bien cette rencontre. Un synthétique, c’est parfait pour notre jeu tout en technique. On est l’équipe qui a le plus tenté de construire. Cette victoire est méritée. Il nous reste deux matchs pour aller chercher un titre, en espérant que Ransart fasse un faux pas".

Du côté local, Rudi Navez ne dramatisait pas après la rencontre, conscient que son équipe était loin de croire jouer pour le titre en début de saison. "Je suis fier de notre saison jusque maintenant. Bien sûr, on a un goût de trop peu. Même si une défaite cet après-midi ne nous élimine pas mathématiquement de la lutte pour le titre, ça paraît quand même compliqué. On va jouer notre carte du tour final à fond."

À deux pour un titre

Avec son succès à Snef, Courcelles a (quasiment) définitivement écarté son adversaire du jour de la course au titre. Pendant ce temps-là, Ransart n’est pas tombé dans le piège à Thuin, s’imposant 1-3 après avoir été mené à la pause. Il ne reste donc plus que deux équipes en tête de cette P2C : Courcelles et Ransart ont tous deux 57 unités au compteur. Pour les premiers cités, le programme est moins compliqué avec la réception de Gilly et un déplacement à Fontaine. Pour Ransart, ce ne sera pas une partie de plaisir, même si les Ransartois ont leur sort entre leurs mains. Il faudra vaincre Snef et s’imposer à Gilly pour être sacré le 5 mai. Ransart est à 180 minutes de remonter en P1  !