Charleroi Thomas Tenaerts suit actuellement un stage d'athlétisme au Kenya.

C’est une expérience hors du commun qu’est en train de vivre Thomas Tenaerts. Le Chimacien est au Kenya pour un stage d’athlétisme de deux mois au Tahri Athletic Center : un centre d’entraînement qui a pour vocation de faire découvrir le pays et sa culture de la course à pied, que l’on soit amateur ou athlète de haut niveau.

"Le Kenya est le pays du running. J’ai toujours rêver y aller ! C’est grâce à un ami, Elian Groenne, coureur lui aussi, que j’ai appris l’existence de ce centre. J’ai pris mes renseignements sur le prix et l’offre de stages. Ma famille était d’accord de payer mes billets d’avion mais je devais m’occuper du reste !"

Pour réaliser son rêve, il a utilisé l’argent qu’il avait gagné en tant qu’étudiant, a organisé un souper et vendu des cartes de soutien.

Le Kenyan blanc réside dans le petit village de Iten, à 2 400 m d’altitude et à 450 km de Nairobi, idéalement placé entre les pistes rouges pour les sorties longues et les pistes d’athlétisme pour les séances de vitesse. Il a deux séances d’entraînement par jour et a pu approcher plusieurs athlètes comme le champion olympique du marathon des Jeux de Rio 2016 Eliud Kipchoge.

"C’était dingue de le voir s’entraîner d’aussi près ! J’en ai pris plein la vue !"

Il a aussi rencontré la gagnante du marathon de Paris 2018 Betsy Saina et le célèbre entraîneur Frère Colm O’Connell qui compte pas moins de 120 camps d’entraînement dans le pays !

"Ici, on le considère comme le parrain de la course à pied tant il a formé d’athlètes... Et les plus grands !"

Chaque jour, Thomas croise des coureurs et est épaté par leur niveau. "J’observe attentivement la façon dont ils s’entraînent et je compte bien m’en inspirer pour atteindre les objectifs que je vais me fixer à mon retour en Belgique."

À commencer par améliorer son record personnel sur 10 km (35.30). Samedi dernier, il a participé à sa première course locale. "Quel moment unique de faire une course au Kenya ! C’est quelque chose dont je me souviendrai toute la vie !" Ses aventures, Thomas les raconte tous les jours sur sa page facebook.

“On est gâtés en Belgique”

 Un tel séjour est aussi une expérience humaine incroyable. 

  “Avec les autres stagiaires du centre, je suis allé visiter une école. À l’extérieur, les enfants jouaient avec de simples tuyaux et des pneus et semblaient heureux avec si peu de choses. J’ai aussi discuté avec un coureur qui ne vit que pour sa passion du running, sans gagner le moindre revenu. Cet athlète vit dans une toute petite maison, il n’a presque rien et élève des poulets pour ensuite les manger… Ma vision des choses change quand on voit une telle pauvreté ! Croyez-moi : on est gâtés en Belgique !”