Charleroi L’ex-Lambusartois s’éclate en R1. Ses stats parlent pour lui : 50 points en deux rencontres.

Tommy Cirelli n’a pas tardé à prendre sa place dans l’effectif de Gembloux. Une aisance qui lui paraît logique au vu de la composition du noyau. "Steinier, Mureddu, Bernard…, ce sont des joueurs que je connaissais déjà. Je les ai souvent affrontés en étant jeune et j’ai évolué avec certains d’entre eux au CEP Fleurus", détaille-t-il.

Ensuite, le distributeur s’est tourné vers Lambusart, en D3. Une expérience en demi-teinte. "Je n’ai pas fait une mauvaise saison mais cela ne collait pas avec le groupe." Ce qui a largement contrarié le Carolo, c’est que son style de jeu différait de la philosophie des Lambusartois. Incisif et téméraire, il n’hésitait pas à partir seul à l’assaut de l’anneau. "Ici, à Gembloux, les coéquipiers me connaissent et ne m’en veulent pas quand je prends ma chance, même à 4 contre 1."

Et cela réussit pas mal à Gembloux et à Tommy en ce début de saison marqué par deux succès consécutifs. L’ex-Lambusartois s’éclate en R1. Ses stats parlent pour lui : 50 points en deux rencontres.. Mais il sait qu’il doit également sa réussite à son coach, Bruno Rowet. "C’est un entraîneur qui sait jouer avec les qualités de ses joueurs. Il ne les oblige pas à rentrer dans un rôle qu’ils ne savent pas tenir. Par exemple, quand on doit accélérer, il me met sur le parquet. Mais quand il s’agit de gérer, il va davantage se tourner vers Mureddu." Le meneur de 24 ans marche également en quelque sorte dans les pas de Greg Tshiteya. Ce dernier s’est aussi épanoui en arrivant à Gembloux, en provenance de Morlanwelz. "Il m’a dit que dans ce club, il reprenait de la confiance et du plaisir", commente Tommy Cirelli. Ce dernier est évidemment sur un petit nuage mais il est loin de se croire indéboulonnable. "Pour l’instant, c’est mon moment. Mais dans trois matchs, si cela tombe, je n’en plante plus que 6 par rencontre. En espérant qu’un autre prenne alors le relais." Il n’y a donc pas que l’amitié qui réunisse les Gembloutois. L’autre élément qui les rassemble, c’est l’esprit de compétition. Tout bénéfice pour un club pointé parmi les favoris.