Ce mercredi soir, c'est jour de match pour l'Olympic de Charleroi. Enfin dirait le noyau de Xavier Robert. 

Certes, la réception de la RAAL ne sera qu'une joute amicale, programmée dans une préparation particulière. "Mais on nous a demandé de prendre ce match vraiment comme une rencontre normale", lance Yassine Delbergue. "Elle va surtout servir à prendre du rythme après des semaines à s'entrainer seul."

Depuis une dizaine de jours, le Français a retrouvé ses potes dogues pour préparer le 16es de finale de la Coupe de Belgique. Un retour à la réalité carolo diffcile au début. " La veille du premier entrainement, j'étais encore à Dubai sous 29°. Ca a bien piqué le 4", rigole-t-il. "C'étaient des vacances autorisées par le staff. Tant qu'on respectait le programme qu'on nous avait donné à suivre. Mais ce genre de programme, même s'il est bien respecté, ça ne donne pas le même résultat qu'un entrainement collectif ou un match amical. On a commencé une nouvelle préparation pour être prêt."

 A 30 ans, l'attaquant espère donc être sur le terrain début février pour affronter Zulte. Un match de gala qui aurait pu leur passer sous le nez lorsque les discussions sur un nouveau report de la Coupe ont eu lieu. "On avait entendu que le club aurait pu avoir une compensation financière en cas de forfait mais nous, on veut le jouer ce match. On a mérité notre place en 16es de finale."

Avant Zulte, c'est donc la RAAL La Louvière que l'Olympic reçoit ce mercredi soir. Un adversiare que Yassine, et plusieurs coéquipiers, connaissent pour l'avoir joué il y a deux ans lors de la saison du titre en D2 amateurs. Et ça lui avait plutôt bien réussi.

" C'est vrai qu'on gagne les deux rencontres et c'est moi qui marque. Je me souviens aussi de la remarque de l'entraineur adverse. Ca m'avait bien faire rire. Il y a du respect entre nous. Ce soir, le but, c'est vraiment de trouver du rythme. Le noyau sera scindé en deux groupes. Tout le monde devrait jouer une mi-temps au moins. Le coach veut laisser la chance à tout le monde de gagner sa place. Et puis, pour ceux qui n'avaient pas pu se montrer en début de saison à cause de blessure, c'est aussi l'occasion de montrer qu'ils sont là et que le staff peut compter sur eux!"

Si les Carolos sont concentrés sur le match de Zulte, l'éventualité d'une saison blanche trotte un peu dans les têtes. "Même si dans le vestiaire, on ne parle pas vraiment de ça. Pourtant, si on se prépare pour être fin prêt et ne pas faire de la figuration contre Zulte, on le fait peut-être pour rien. Après Zulte, on pourrait très bien être au chômage pendant cinq mois..."