Le huis clos obligatoire constitue un énorme manque à gagner pour les petits clubs, habitués à accueillir les pros en préparation.

La préparation à huis clos qui débute pour les clubs pros aura surtout une conséquence pour les amateurs. Les matchs de gala se feront sans aucun supporter et le manque à gagner sera énorme pour la trésorerie, souvent déjà fragile, des petits clubs du Royaume.

Anderlecht avait ainsi pris l’habitude de débuter sa préparation au KSV Audenarde (D2 amateur) mais la rencontre ne se fera pas cette année.

Avec le stade toujours plein à craquer et la bière qui coulait à flots, le club estime la perte entre 20 et 25 000 € (après avoir payé le RSCA). Un coup dur dans le budget annuel, qui a aussi souffert de l’arrêt précoce du championnat en mars.

Tous les amateurs n’arrivent pas à tirer autant d’argent de leur match de gala mais on estime à au moins 10 000 € de bénéfices pour les petits clubs qui accueillent un grand. Tout dépend de la capacité du stade et de la date de la rencontre (en semaine ou le week-end).

Si les clubs pros reçoivent une prime d’invitation pour ce genre de match, la perte ne représente pas grand-chose pour eux. Elle se chiffre en quelques milliers d’euros. Pas de quoi trembler, même après la crise du coronavirus.