Michaël Descamps, le gardien de Mormont, regrette la façon dont son équipe a été éliminée du tour final.

C’est logiquement déçus et abattus que les joueurs de Mormont ont quitté Rebecq. Ils sont passés tellement près de l’exploit. "Il ne nous a pas manqué grand-chose. L’équipe a fait bloc et affiché un bel état d’esprit, surtout après la blessure de notre capitaine. On a fait le match qu’il fallait" , souligne Michaël Descamps.

Il a finalement fallu un penalty très contestable, voire inexistant pour remettre Rebecq dans le match alors que Mormont tenait sa qualification. "Il n’y a pas penalty, le joueur ne touche pas le ballon du bras mais de la poitrine. Un détail qui fait la différence, peut-être la chance du futur montant avec ce petit coup de pouce de l’arbitre qui change tout."

Le gardien, à l’image de ses équipiers, était partagé entre tristesse et injustice. "C’est triste pour l’équipe d’être battue comme ça, après deux matches où nous avons affiché une superbe mentalité."

Avec des regrets ? "On peut avoir des regrets, même si je ne pense pas qu’on aurait pu faire plus. L’équipe a tout donné, on a fait le match qu’il fallait, mais on a dû faire face à des circonstances auxquelles on ne pouvait rien faire."

Cela ne doit toutefois pas gâcher la belle aventure des Mormontois, qui ont été là où personne ne les pensait capables d’aller. "Participer au tour final, atteindre la demi-finale et passer si près de la finale, c’était quelque chose d’inespéré en début de saison et même en cours de championnat puisque nous n’étions que 8es en janvier. L’an prochain, on tentera à nouveau de faire une bonne saison. Faire aussi bien sera très difficile. Il faudra reprendre le travail à zéro, en s’appuyant sur les valeurs qui sont les nôtres."