Ce soir, l’ancien international débarque au Leburton avec son Lierse. Pour la coupe.

Champion avec le Lierse en 1997, Éric Van Meir est aussi passé par Charleroi et le Standard. Récoltant au passage 34 sélections avec les Diables Rouges. Ce soir, grâce à la coupe, Waremme va recevoir le coach et son Lierse. Au stade Leburton qu’il a découvert contre Knokke la semaine passée. Preuve de sérieux.

« C’était tout à fait normal. On connaissait Knokke pour les avoir affronté en amical, mais pas Waremme », explique Van Meir. Avec quelles impressions à propos des Hesbignons ? « Notre adversaire affiche beaucoup d’enthousiasme, aime jouer au sol. Non techniquement, il y a aussi du physique. Le 3-0 contre Jong Lede m’avait impressionné. Contre Knokke, ils menaient aussi par trois buts avant de faire preuve de nonchalance. »

Quant aux individualités repérées, pas de vraie surprise. « Il y a le numéro 17 (Kevin Cossalter, NdlR), très technique. Puis le 26 (Stefano Henrot, NdlR) entré au jeu et très en verve sur le flanc. J’ai aussi remarqué que le gardien relançait bien tant à la main qu’au pied. » Clairement, Van Meir et ses troupes ne viendront pas faire du tourisme en Hesbaye.

« Si on est concentré et que l’on joue à notre niveau, on se qualifiera. Mais j’ai aussi dit à mes joueurs que s’ils faisaient preuve de nonchalance ou s’ils n’évoluaient qu’à 50% de leur potentiel, on rencontrerait de grosses difficultés. » Le synthétique et la chaleur seront aussi de la partie. « On s’est entraîné deux fois sur synthétique, on s’y est habitué. » Avec un noyau moins ‘futsal’ que l’année dernière et l’apport de Joachim, l’international luxembourgeois, les Anversois partent favoris.

Mais le charme de la coupe a déjà opéré…