Ce vendredi sera à nouveau crucial dans notre royaume avec un nouveau CodeCo au programme. Si la fois dernière le sport amateur en extérieur a échappé à des mesures sévères, cette fois la vis devrait être serrée au maximum. Pour la première fois depuis la reprise, un arrêt momentané des compétitions est évoqué. Quelques heures avant la réunion, David Delferière, l'homme à la tête de l'ACFF, partage son point de vue avec nous. 

Pour lui, la place laissée au doute est minime: il y aura des mesures. "Forcément, ça ne sent pas bon lorsque l'on voit les indicateurs augmenter. Mais avoir peur ne sert à rien. Comme à son habitude, l'ACFF appliquera les mesures qui seront imposées", déclare le président. 

Pas question cependant que tout s'arrête définitivement car on repartirait pour une saison blanche puisque la moitié des rencontres de championnat n'ont que dans très rares cas été jouées. "J'espère tout de même que l'on pourra reprendre après 15 jours ou un mois sinon, ça sera la catastrophe. Et pas uniquement pour nous. Vous imaginez huit mois d'arrêt?"

Une décision poserait cependant question selon le président: "Ce qui m'interpellerait, c'est que l'on impose un arrêt qui soit d'application immédiatement, alors que les clubs ont déjà préparé le prochain match, notamment au niveau du catering, etc."

Et si les buvettes venaient à fermer leurs portes alors que le football pourrait continuer? "C'est un autre débat... On a toujours dit que sans buvette et sans vestiaire, on ne jouait pas au football. La différence entre maintenant et il y a un an, c'est que le Covid Safe Ticket existe. Par contre, quand je vois comment se comportent certains joueurs après le match dans la buvette, cela pose question. Je l'ai bien vu lors d'un match auquel j'ai assisté. Pourtant, avant le coup d'envoi et à la mi-temps, tout se passait très bien et les règles étaient respectées."