Les caisses des clubs amateurs sont vides à cause de la crise… Vraiment ?

On pensait que cette crise permettrait de ramener notre sport à des bases un peu plus saines mais ce n’est visiblement pas le cas.

Les caisses des clubs amateurs sont vides à cause de la crise… Vraiment ?
©Shutterstock
À la mi-décembre, alors que la saison blanche n’avait pas encore été actée, les clubs s’activaient déjà pour la saison prochaine. En P1, Aubel lançait le bal avec son staff, les autres suivaient et s’attaquaient ensuite aux joueurs.

Nous nous attendions à quelques changements à peine dans les effectifs. Mais non, début février, plus de 100 mouvements ont déjà eu lieu au sein de l’élite provinciale.

Cette saison, dans le meilleur des cas, cinq matchs ont été joués. Rechain, qui n’en a disputé que quatre, est champion en matière de transferts. Comment peut-on juger les qualités des joueurs après si peu de temps ? À moins que les joueurs eux-mêmes aient compris qu’ils avaient fait fausse route. Dernière hypothèse : les transferts de l’année...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité