Antoine Senard : “Pourquoi pas ramener un troisième podium en interéquipes ?”

L’Esneutois défend les couleurs de la France ce dimanche lors de l’Euro de cross.

Éric Verschueren
Antoine Senard, lors du dernier cross de Mol.
Antoine Senard, lors du dernier cross de Mol. ©D.R.

Le mois de septembre 2022 fut une période de gros changements pour Antoine Senard. D’abord le cadre de vie : après plusieurs années passées à Fontainebleau (France), il était de retour à Esneux, son lieu de naissance. Cela doublé avec une inscription en HEC (Hautes Etudes Commerciales) pour une année “mixte” dont la réussite lui ouvrira les portes de la 3e année. Ensuite l’aspect sportif avec un nouvel entraîneur (Thomas Vandormael).

”C’est un ami de longue date qui m’a parfois conseillé, mais jusqu’ici jamais entraîné”, explique celui qui est toujours dossardé à Seraing Athlétisme. “Me voici donc parti dans ce nouveau projet avec lui…”

Le “combo” semble jusqu’ici bien marcher. Après de longs mois “galère” à cause d’une blessure à l’insertion “ischio-jambier” de la jambe gauche, les résultats semblent enfin revenir. Ainsi, après une victoire aux championnats de France d’Eikiden avec son club de Fontainebleau, Senard a sorti une très belle 5e place à la Crosscup de Mol (2e espoir derrière Quérinjean) et s’est qualifié pour l’Euro de cross qu’il disputera sous les couleurs… françaises (il a la double-nationalité grâce à son papa médecin).

”Il s’agira de ma troisième sélection tricolore, chaque fois pour ces championnats d’Europe de cross”, fait-il. “Jusqu’ici, j’ai toujours ramené une médaille : l’argent en interéquipes juniors en 2017 et le bronze l’an dernier en interéquipes espoirs. Ce dimanche, à Turin, pour ce qui sera mon dernier euro en espoirs, on visera à nouveau le podium. Et à l’individuel (NDLR : où il avait terminé 7e en 2021), j’espère un top 10…”

Pour la suite, Antoine Senard s’alignera une semaine après sur la Corrida de Houilles, “pour avoir enfin une marque sur 10 km routes”, explique-t-il. “En me basant sur ce que j’ai fait ces derniers temps, je vais viser un chrono sous les 29 minutes.”

Dans la foulée, une fin de saison normale (Cross-cup, LBFA et national) est prévue, avant d’attaquer un été qui sera marqué du label “5000 mètres”. “Voici un petit temps que je songe à cela”, termine l’Esneutois. “Je pense avoir les capacités “aérobie” pour. Cela dit, je resterai aussi sur le 1500. C’est ma distance première et cela permet de garder une certaine vitesse…”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be