Liège

En retard sur le leader calaminois, le Stade Disonais doit renouer avec la victoire.

Ce week-end, l’heure est au derby face au voisin rechaintois pour le Stade Disonais. Si le duel n’est pas communal, le Val Fassotte et les Tourelles sont pourtant distants de moins de 3 kilomètres par la route. En retard, quoi qu’il arrive, au pointage intermédiaire de la première tranche, Dison doit avant tout mettre le holà au gaspillage qui caractérise les dernières sorties d’un candidat au titre. Certes, les hommes de Jean-Sébastien Legros alignent une série de cinq matchs sans défaite, mais on note quatre partages dans le tas. Qui ont tous un point commun : Dison a chaque fois mené au score, sans y mettre la touche finale. Un constat étonnant, voire un détail contrariant sur le plan mathématique, qui rejette aujourd’hui les Disonais à bonne distance (six points) d’un leader calaminois faisant flèche de tout bois.

"On sait tous que ce sont des points bêtement perdus que nous ne rattraperons pas, concède Arnaud Godard. On encaisse notamment des buts par manque de communication."

à bientôt 32 piges, le néo-Disonais revient d’un périple de sept ans dans le Limbourg et, surtout, d’une blessure au genou l’éloignant des terrains jusqu’à dimanche dernier. Il ne verse pas pour autant dans l’inquiétude ou l’impatience. "Le groupe reste serein, assure avec force celui qui devrait s’ériger comme un pourvoyeur de ballons pour Guillaume Legros. Il y a assez de gars expérimentés dans le groupe qui trouveront les bons mots."

À condition aussi de trouver la parade à cette étiquette d’archi-favori qui rend la vie parfois irritante sur les terrains du foot provincial. "C’est vrai qu’on vient, pour beaucoup, du foot national. Il faut s’adapter à d’autres paramètres, comme le marquage individuel ou l’adversaire qui pense d’abord à casser le jeu , reconnaît le Valcaprimontois. C’est de bonne guerre, chacun joue avec ses armes. Il faudra, chaque semaine, aller au charbon. C’est une donnée que tout le groupe a bien à l’esprit. Quand ils nous prennent un point, nos adversaires le fêtent comme une victoire."

S’il le peut, Rechain ne dérogera pas à la règle. Il n’en serait pas à son coup d’essai hors de ses bases. L’UCE Liège et Wanze Bas-Oha en savent quelque chose.