Le président Alain Petit espère trouver une solution pour fusionner.


Pontisse célèbre sa montée en P1... Une montée qui ne verra probablement jamais le jour pour Pontisse en tant que tel. En effet, le président Alain Petit a décidé de jeter l'éponge. "Je suis fatigué. Je n'ai plus la force aujourd'hui. Je n'ai plus d'aide. Je ne fais pas le travail à moitié. Quand je m'engage, c'est à fond. Ca fait partie des valeurs que mes parents m'ont enseignées. Je n'ai pas peur de travailler mais je ne suis plus entouré humainement. J'ai quatre bénévoles dont mon beau-père et son frère. Il est temps de passer la main", explique-t-il, avec un brin de tristesse.

Après 6 ans, le président Alain Petit s'en ira la tête haute. "Je voulais rejoindre la P1 dans les cinq ans, on l'a fait en six ans. Je veux trouver quelqu'un qui a de l'ambition. Je me suis investi à fond et je voudrais remercier ceux qui ont contribué à ce projet avec moi. Je regrette certaines décisions et j'ai perdu des amis dans l'histoire."

Mais ce n'est pas pour autant que l'homme à la tête du club abandonne tous ses projets. " J'ai dû me débarrasser de mes équipes de  jeunes pour garder un terrain en bon état pour l'équipe première. Ca fait des années que la commune me promet un deuxième terrain. J'ai un projet de centre de formation. Ca manque dans notre région. Si je le faisais, j'y intégrerais des personnes qui ont des difficultés et qui ne peuvent pas toujours jouer au football", dit-il. "Pourquoi ne pas faire aussi une équipe de P4 avec des anciens joueurs pour s'amuser? Je ne voudrais pas d'argent des sponsors mais je ne paierais pas non plus. Par contre, je gâterais mes joueurs."

Quid de la suite? "Je ne sais pas encore. Je suis actuellement en contact avec Monsieur Boccardo (président de la fusion Fléron-Verviers) qui, par hasard, m'a dit qu'il pourrait être intéressé. Mais on verra."