Benjamin Danesi n’est plus la star absolue de Visé mais il est toujours important.

Contre Hasselt samedi (20 h 15), contre Bocholt mardi (20 h 45) et à Aalsmeer le 30 novembre (19 h 15) : c’est un solide programme qui attend le HC Visé.

" Le danger, ce serait de penser à Bocholt avant d’affronter Hasselt, qui a récupéré Kolak" , prévient Korneel Douven. "Nous avons une bonne occasion de distancer définitivement un candidat aux playoffs belges, il ne faut pas la laisser passer. "

En difficulté après les blessures de Carvalhais et Rola, Visé semble avoir trouvé des solutions. L’une d’entre elles passait par le retour à un bon niveau de Benjamin Danesi, souvent freiné par les blessures au cours des dix-huit derniers mois.

" Je me sens mieux, dit-il. On m’a fait une infiltration au genou et j’ai encore des petits soucis à l’épaule mais, si je compare à avant, c’est le jour et la nuit. De plus, j’ai davantage de temps de jeu, je retrouve donc du rythme . "

On n’est plus à l’époque où, avec Vancosen, il faisait la pluie et le beau temps en bord de Meuse, mais on le sent heureux de pouvoir encore apporter sa pierre à un édifice désormais beaucoup plus solide.

" La situation du club compte plus que la mienne. Je suis content de participer à l’aventure et d’accompagner mon frère pour ses débuts. Je sais aussi qu’on compte sur moi, ce qui n’était pas le cas en équipe nationale, où il y avait aussi moins de professionnalisme. Désormais, si je quitte un jour Visé, ce sera uniquement parce que mon corps ne suit plus. Alors, il sera temps de retourner à Sprimont, là où tout a commencé. "

À Visé, on espère toutefois que ce n’est pas pour demain. Car peu de joueurs de BeNe League sont aussi complets qu’un Benjamin Danesi en forme. " Il peut jouer à trois places et il a progressé défensivement" , dit Korneel Douven. "Le un contre un, le tir, la lecture du jeu, l’accélération… Il maîtrise tout. Et quand il est bien, il a une détente incroyable. "