Génération Z dit-on ? Génération des écrans ? Ce n’est visiblement pas le cas de tout le monde et certainement pas de la Bovy Family. Entre tennis et course à pied, les enfants de Christian Bovy et de Joëlle sont tout le temps en mouvement, une fierté pour les parents.

"Ils ont reçu une éducation de sportifs. Ils aiment le sport pour le sport mais aussi la compétition et en ont besoin", explique le papa.

Rares sont les semaines où l’on n’entend pas parler des Bovy. Il y a quelque temps, Margaux faisait l’actualité en annonçant qu’elle mettait un terme à sa carrière internationale de tenniswoman. Mais pas question pour elle de s’arrêter puisqu’elle a décidé de se lancer dans la course à pied.

"Quand elle s’est blessée à l’épaule, elle a commencé à courir peu à peu puis elle a accéléré. La transition s’est faite naturellement. Son choix a été raisonnable et réfléchi puisqu’elle a directement repris les études et qu’elle a bien évolué dans son cursus. Au moment du choix, on sentait qu’elle était bien dans sa tête."

Dimanche, elle a déjà fait parler d’elle dans sa nouvelle discipline. À Embourg, elle s’est imposée lors du jogging qui figure au calendrier du CJPL. Elle a devancé Delphine Thirifays sur 10km. "Margaux aime avoir des carottes. Elle réalise des progrès étonnants car il ne faut pas oublier qu’elle n’a que 22 ans, ce qui est assez jeune pour la course à pied. Je trouve qu’elle évolue très bien physiquement et techniquement."

Embourg, terre de succès

Décidément, la journée de ce 9 août à Embourg aura bien réussi aux filles Bovy. Durant l’après-midi, Juliette Bovy a remporté le tournoi du club de l’entité en Dames 1. Elle a battu Mathilde Devits (7/6, 6/3). "Juliette connaît une très belle évolution", commente Christian. "Son niveau actuel est très bon et elle a beaucoup progressé au niveau maturité depuis son entrée au centre à Mons. C’est son projet à elle. Elle attend avec impatience le retour des tournois internationaux."

Quant à Arnaud, il travaille à quelques retouches dans son jeu pour évoluer.

Finalement, les parents n’ont qu’un souhait : "Voir nos enfants heureux et épanouis."