Cette édition de Paris-Roubaix a été dantesque. Pour les dames, samedi. Pour les pros, ce dimanche après-midi. Mais aussi pour les juniors. Sur cette classique internationale des 17 et 18 ans dominée par le Norvégien Stian Fredheim devant le Belge Alec Segaert et le champion du monde Per Stand Hagenes, Noah Detalle a été au bout de l’Enfer du Nord. Il a été le premier des engagés du Team Wallonie à arriver sur le célèbre vélodrome roubaisien, se classant 27e. 

"C’était impressionnant", raconte le jeune coureur liégeois, dont le visage, le corps et le vélo étaient maculés de boue. "Au Carrefour de l’Arbre, tu prends directement un coup au moral, tellement c’est dur, tellement tu es collé aux pavés." Il a souffert sur cette journée dont il se souviendra longtemps. Mais il a savouré. "Avec la pluie, la boue, les pavés;, c’était vraiment l’enfer, mais c’était cool !",ajoute-t-il dans un éclat de rires. 

Comment s’est passé sa course ? "J’étais bien placé dans les vingt premiers kilomètres", explique-t-il. "Mais j’ai été gêné par une chute. J’ai dû faire un effort revenir avant le premier secteur pavés pour revenir dans le premier peloton. Dans lequel une autre chute m’a gêné. Ensuite, j’ai fait comme j’ai pu."

Pour aller au bout de l’Enfer. Ce qui n’a pas été possible pour le Liégeois Hugo Wertz, victime d’une chute sérieuse et contraint à l’abandon (il souffrirait d’une fracture du poignet).