N’ayant pas su percer le bloc carolo, les Métallos déchantent après avoir fait le show face au Lierse.

Suite à une prestation enflammée face au Lierse, les Métallos abordaient ce derby wallon en toute confiance.

Mais c’était sans compter sur le bloc mis en place par Alex Czernia, ancien T1 du club, qui privait les offensifs de vitesse. 

Les Sérésiens ont d’ailleurs mis une mi-temps avant d’entrer dans le match. "Si on avait débuté la rencontre à la première minute, on leur aurait causé bien plus de soucis. Or, on l’a commencée au retour des vestiaires", résumait Christophe Grégoire.

Le T1 liégeois avait forcément le visage fermé après ce revers inattendu. "On connaissait leur bonne organisation mais, si on met du tempo, cette équipe peut vite être en difficulté. Mais, cela, on ne l’a appliqué qu’en seconde période."

Or, les Métallos avaient déjà concédé un penalty et une contre-attaque fatale suite à une perte de balle d’Al Badaoui, l’un des éléments ayant évolué à un niveau inférieur aux semaines précédentes. "On a hérité d’occasions, sans jamais réaliser le bon choix, le geste décisif. On a trop voulu forcer un axe adverse renforcé. On a reçu une leçon de courage de l’Olympic, il faut que cette défaite ait au moins le mérite de nous réveiller."

Dans le clan sérésien, on s’interrogeait sur plusieurs actions dans le rectangle. Outre le penalty accordé pour une bousculade de Faye, on reprochait à l’arbitre de n’avoir sifflé aucune des trois actions litigieuses (deux fois sur Sanogo, une autre sur Cascio).

Alors que Nadrani a repris vendredi avec l’équipe Espoirs, Benjamin Boulenger a inscrit son premier but sous la vareuse des Rouge&Noir. "Il nous a permis de croire en nos chances et de pousser pendant la dernière demi-heure. Mais, au final, il se révèle inutile…"