Le dimanche 11 octobre, Fize devait recevoir l'UCE Liège pour un choc important entre deux équipes citées parmi les candidats au titre en P1 liégeoise. Mais le coronavirus avait eu raison du match. Enfin, plus ou moins... Un joueur des Espagnols semblait avoir reçu le résultat de son test environ 2h30 avant le début de la partie. Et celui-ci s'était révélé positif. Informé, le Comité Provincial de Liège avait décrété que la rencontre devait avoir lieu car l'annonce avait été faite trop tardivement. En effet, le règlement précise qu'une telle demande de report doit être faite avant midi.

Cependant, après concertation, les deux clubs n'avaient pas souhaité jouer et avaient décidé qu'il était plus sage de rentrer directement à la maison pour éviter tout risque de contamination supplémentaire. Après analyse, le CP avait décidé d'infliger un score de forfait aux deux équipes. Fize perdait donc 0-5 et l'UCE 5-0. Les clubs étaient allés en appel et l'ACFF avait rendu le même verdict que le CP, soit maintenir le score de forfait pour les deux équipes.

Le dossier est passé devant la Commission d'Evocation qui, elle, a rendu un tout autre verdict, jugeant le recours de Fize fondé. La commission d'évocation "annule la décision attaquée en tant qu’elle sanctionne la partie demanderesse par la perte des points et qu’elle la condamne aux frais et envoie la cause devant le Comité d’appel ACFF autrement composé." Par ailleurs, elle "met les frais, à savoir le droit d’inscription de 200 € à charge de l’ACFF.

Le PV complet

"En vertu de l’article B7.40, alinéa 2, du règlement fédéral, si les deux équipes présentes refusent de jouer leur match pour quel motif que ce soit, les points du match ne sont pas attribués, sauf dans des circonstances particulières à juger par l'instance compétente.

Le protocole pour la remise de match en cas de COVID-19 établi par l’ACFF dispose qu’un match doit être remis dès qu’un cas positif est confirmé au sein de la bulle sportive de l’équipe (un joueur ou un entraîneur de l’équipe), que la demande de remise se fait par écrit auprès du secrétariat compétent qui prévient l’équipe adverse et les responsables de l’arbitrage, que le club est obligé de communiquer à la fédération qu’un membre d’une équipe est positif à la COVID-19 et que la remise de la rencontre ou des rencontres est obligatoire.

Si ce protocole et les mesures d’exécution de ce dernier adoptées par les comités provinciaux imposent aux clubs dont un joueur est testé positif à la COVID-19 une obligation d’adresser cette information à la fédération endéans certains délais, il reste que, même en cas de non-respect de cette obligation, la remise de la rencontre à laquelle doit participer ce club est obligatoire.

Il ressort des constatations de la décision du Comité d’appel que l’arbitre de la rencontre opposant l’U.C.E. LIEGE à la J.S. FIZOISE ' econnait avoir reçu de la part d’une ‘Sandrine’ du club de FIZOISE un appel téléphonique le jour du match vers 13h45 […] pour demander le report du match pour covid', que, ' suite à ce coup de fil, il a téléphoné à un membre du Bureau Régional d’Arbitrage […] qui lui a confirmé qu'il n’entrait pas dans les compétences de l’arbitre de remettre un match pour cette raison' et que ' l’arbitre s’est donc présenté au match où il a contrôlé les joueurs inscrits sur la feuille (15 pour Fize et 14 pour UCE Liège) mais que ces 2 équipes présentes ne voulaient pas jouer'.

Le Comité d’appel, qui, sans dénier qu’un des joueurs de l’U.C.E. LIEGE avait été testé positif à la COVID-19 , n’a pu, sans méconnaître la notion de circonstances particulières, ni, partant, violer l’article B7.40 du règlement fédéral, refuser de reconnaitre l’existence de circonstances particulières aux motifs ' qu’il n’y a pas eu de demande de report de cette rencontre pour covid introduite dans le respect des modalités envoyées à tous les clubs par E-kickoff', que ' cette demande était pourtant possible puisque les clubs étaient bien en possession des renseignements nécessaires le jour du match pour le faire' et qu’ ' en effet, il a été acté que, vers 11h30, s’est tenu un échange téléphonique entre les 2 entraineurs.'