La saison blanche et la crise sanitaire ont fait prendre conscience à beaucoup du temps libre offert sans football. Olivier Castela, présent chez les Stockalis depuis l’été 2017, avait déjà réfléchi à sa décision d’arrêter (provisoirement?) le foot avant la pandémie. « Cela fait déjà un an et demi que je me posais des questions. Tout doucement, je prenais un peu moins de plaisir au foot. À la pratique du foot et à ses contraintes, aussi en raison de mes occupations professionnelles. L’accumulation jouait aussi sur ma fatigue.»

Puis Mister Covid s’est déclaré. « Fin de saison dernière, je n’ai pas voulu arrêter afin de ne pas lâcher le club et quitter le navire dans ces circonstances. Pour le président notamment, je me suis dit que je continuais encore une saison. Car, hors des pelouses, je m’amusais encore bien. C’était toujours le cas lors des quelques matches disputés cette campagne puis ma réflexion s’est accentuée avec le prolongement de la crise sanitaire.»

Et l’apparition d’un élément familial a confirmé la décision. « Quand on a appris que ma compagne était enceinte et que l’on allait avoir un petit garçon fin juin, je me suis dit que c’était impossible de reprendre le foot en juillet avec les obligations liées à une préparation. Partir 5 ou 6 fois par semaine alors que le petit bout était là, non !»

Olivier Castela, version 2021/2022, vivra donc éloigné des terrains. «C’est une certitude. Par contre, je ne dis pas que je ne rejouerai pas du tout au foot par après. Mais, pour le prochain exercice, c’est non. Si je m’engage, c’est pour être disponible et concerné à 100%. Or, là, je sais que je ne pourrai pas respecter le contrat et les engagements liés à ce dernier. Donc, je préfère tourner la page.»

Provisoirement? Définitivement? Il faudra patienter. « En tout cas, je voudrai profiter du temps libre afin de m’adonner à d’autres sports sans contrainte horaire et pour le plaisir. Mais aussi participer à des événements autres que sportifs.»