François Gourmet est champion de Belgique. Pas en athlétisme mais… en haltérophilie.

Surprise à la lecture des résultats des championnats de Belgique de catégorie d’âge qui se sont tenus à Seraing samedi. En Masters 35 ans, à la première place, on retrouve François Gourmet, l’ex-champion de Belgique de décathlon. Il a soulevé 87 kg à l’arraché et 109 à l’épaulé-jeté, ce qui constitue aussi un record de Belgique dans sa catégorie.

"Je n’en tire aucune gloire, dit-il. Nous n’étions que trois dans ma catégorie. De plus, les records ont été remis à zéro il y a deux ans. J’ai même déjà été champion de Belgique senior mais c’était avant que le crossfit ne relance l’intérêt pour l’haltérophilie et c’était pareil : on était 20 ou 30, toutes catégories confondues. Maintenant, il y a tellement de monde que ça s’organise sur deux week-ends. "

Gourmet pratique l’haltérophilie depuis 2001, quand il est arrivé à Liège pour ses études. " J’avais un accord avec le club de Seraing : je bénéficiais de la salle et des conseils gratuitement mais, en échange, je participais aux interclubs. Nous sommes devenus amis et, quand je suis devenu entraîneur de Seraing, j’ai continué à y aller avec mes athlètes. "

Ce week-end, c’est par hasard qu’il s’est inscrit aux championnats nationaux. " J’étais là pour le Challenge Bodart, une compétition mixte par équipes. Quand on m’a dit que les championnats avaient lieu en même temps, je me suis inscrit. "

Son record, c’est 100 + 120 kg. " Mais à l’époque j’étais plus musclé, admet-il. En fait, ce qui m’amuse surtout, c’est l’ambiance. Et continuer à battre les athlètes que j’entraîne. Jean-Marie Louis a aussi participé à ces championnats mais il n’a soulevé que 80 et 97 kg. "

À noter que deux autres Sérésiens sont champions de Belgique Masters : Corinne Huart en Dames 40 et Michel Bertrand en Messieurs 60.

Quant à David Vivegnis, lors du Challenge Bodart, il a battu les records absolus du club : 121 kg à l’arraché et 152 à l’épaulé-jeté.


Une formation à l’haltérophilie pour les entraîneurs d’athlétisme

Si François Gourmet est venu à l’haltérophilie, ce n’était pas avec l’idée de devenir Hulk mais dans le but de progresser en athlétisme.

" Exécutés correctement, les mouvements d’haltérophilie sont très importants en athlétisme, surtout pour les lanceurs et les sprinters, dit-il. Ce sont des mouvements qui partent des jambes vers les bras et favorisent donc la coordination. De plus, ils renforcent toute la chaîne ischios-fessiers-dorsaux. Enfin, comme on travaille davantage la rapidité que la charge, c’est excellent pour l’explosivité. On peut comparer la décharge déployée lors d’un départ des starting-blocks à celle utilisée à l’épaulé-jeté."

À noter que dans les cours d’entraîneur d’athlétisme l’Adeps a désormais inclus une formation à l’haltérophilie.