Tongres accueille Visé en huitièmes de finale de la Coupe de Belgique ce soir à 20h15.
 

Pour la deuxième fois, Florian Glesner va donc retrouver ses anciens équipiers visétois. " Avec toujours les mêmes sentiments mitigés, dit-il. D’un côté, je suis content de revoir les copains. De l’autre, je ne veux pas être ridicule. "

En championnat, la rencontre s’était soldée par un nul (35-35). Depuis, Tongres a un peu marqué le pas avec 9 points sur 20 en championnat malgré les présences de Qerimi, Bolaers et… Glesner.

Le coach Korneel Douven ne cache d’ailleurs pas qu’il attendait les Limbourgeois plus haut. " Nous ne parvenons pas à trouver la bonne formule en défense, dit Glesner. Quand on marque 35 buts, on doit gagner, mais ce n’est pas toujours notre cas. Il faut dire que la Ligue est plus forte que l’an dernier. "

Samedi, contre NeLo, le portier tongrois s’était déjà retourné à 24 reprises à la mi-temps. " On prend souvent la mauvaise décision et on ne rattrape pas l’erreur du partenaire. Le jeu de notre gardien s’en ressent aussi. "

Glesner ne regrette cependant pas son choix. " Sur le plan collectif, j’ai vécu une super saison à Visé mais je n’avais pas de place fixe, je comblais les vides, surtout au pivot. Quand je suis arrivé à Tongres, je me demandais si je pourrais encore jouer comme arrière. Je suis rassuré à ce niveau, le coach me fait confiance. J’ai plus de responsabilités et le groupe est à l’écoute. On échange beaucoup de choses. "

Visé a déjà perdu deux fois cette saison et ça l’étonne un peu. " Je m’attendais à les voir devant Bocholt mais je pense qu’ils sont en train de monter en puissance. Ils ont trouvé les solutions aux absences de Rola et Carvalhais. "

Cette équipe visétoise, il la connaît bien entendu par cœur. " Un arrière gauche qui met le feu, toute l’expérience de Bartosz Kedziora et un super pivot. J’ai beau savoir ce qu’Yves Vancosen va faire, il prend tellement de place que c’est toujours difficile ."

À noter que le vainqueur de ce match se rendra à Gand en décembre.