Liège Grâce-Hollogne boucle la phase classique à la dernière place mais son entraîneur n’a pas dit son dernier mot pour le maintien.

La phase classique du championnat de D1 s’achève déjà ce week-end. Grâce-Hollogne accueille Atomix mais quoi qu’il arrive, il terminera à la dernière place et entamera donc les playdown avec une seule unité. Remonté l’an dernier, le club de Gianni Dolce va-t-il de nouveau prendre l’ascenseur dans l’autre sens ?

"Je suis beaucoup plus confiant qu’il y a deux ans", dit le coach. "À l’époque, l’équipe était en fin de cycle, à bout de souffle. Celle-ci est plus jeune et commence à trouver ses marques. Mais il y a tout de même trois points auxquels nous devrons être attentifs : 1) améliorer l’agressivité défensive ; 2) mieux gérer nos émotions en possession de balle ; 3) bien gérer le money-time."

Ce dernier point, surtout, pose problème : Grâce-Hollogne est le seul club qui, à ce niveau, ne s’entraîne que deux fois par semaine. "Nous allons tenter d’introduire un troisième entraînement mais cela pose des problèmes budgétaires", explique le coach. "Il faut payer plus de frais de déplacement et davantage d’heures de salle. Nous avons appris en octobre, alors que notre budget était déjà bouclé, que nous devrons payer la location de la salle. Pour nous, c’est une petite catastrophe."

Reste à voir pourquoi Grâce-Hollogne n’a pris que quatre points jusqu’ici. "Nous sommes repartis avec une équipe rajeunie, il fallait le temps que les joueurs assimilent le niveau. Cela a été d’autant plus difficile que nous avons dû faire pendant très longtemps sans Gilles Samson, victime d’une déchirure des ligaments croisés. Mais il revient dans le coup et je l’attends en forme dans les playdown. Autre difficulté, la suspension de Romain Dolce pour 3 matchs. Si on y ajoute les 2 rencontres qu’il a dû manquer pour raisons professionnelles, nous avons été privés de 50 buts, ce qui est énorme."

La semaine dernière, Grâce-Hollogne ne s’est incliné que par un but d’écart face à Courtrai (34-35), un des cracks de la série. Plutôt encourageant avant les playdown, donc. "Nos deux premiers matchs seront très importants puisque nous recevrons Visé puis Eynatten ou Merksem. Tout dépendra aussi du nombre de joueurs de BeNe League que Visé va faire redescendre car ce sera notre principal rival. Samedi, nous accueillons Atomix qui a la même défense que les Visétois. Ce sera donc une bonne répétition générale."

Patrice Sintzen