Liège Une décision qui n’amuse ni le président du club de handball ni le gestionnaire des infrastructures.

Le retour de l’URSL Visé en D1 amateurs de football, c’est aussi le retour des matchs à risques dans la cité de l’Oie. Ils seront au nombre de quatre cette saison, à commencer par celui du 22 septembre face au FC Liège.

À Visé, la venue du voisin de Rocourt a parfois laissé des traces. Et comme l’entrée réservée aux visiteurs se trouve du côté du hall omnisports, la police locale n’a rien trouvé de mieux que de fermer celui-ci pour toute l’après-midi du dimanche. Au détriment, bien entendu, des activités qui devaient s’y dérouler ce jour-là.

La situation n’amuse pas du tout Arthur Hoge, le président du club de handball.

"Nous allons devoir déplacer plusieurs matchs de jeunes dans une autre salle mais le plus ennuyeux, c’est que nous allons devoir avancer le match de notre équipe de D1 face à Sasja au samedi."

Ce n’est effectivement pas sans conséquences. L’équipe de BeNeLeague de Visé aligne trois joueurs de cette équipe de D1, qui sera donc déforcée.

"Qu’on me comprenne bien : je n’ai rien contre le football de Visé mais j’investis beaucoup dans le développement des jeunes à Visé et je n’apprécie pas qu’on prenne des décisions aussi importantes sans même me consulter" , dit Arthur Hoge, qui demandera une entrevue avec la bourgmestre dès que celle-ci reviendra de vacances.

Cette décision constitue aussi un manque à gagner pour les gérants du hall. Lundi, ceux-ci rencontreront le chef de zone pour voir s’il est possible de garder le hall ouvert en aménageant une entrée pour les spectateurs par l’arrière.