Liège

Le boxeur liégeois a étendu son palmarès à 9 victoires chez les professionnels.

Miko Khatchatryan s’était donné un round pour s’adapter au style de son adversaire nicaraguéen, samedi, sur le ring du Dôme de Charleroi. Mais Bryan Mairena lui a donné un peu plus de fil à retordre que prévu, en particulier dans la troisième des six reprises du combat. "J’ai fait une bonne entame de combat, dominante, puis mon adversaire s’est beaucoup donné dans les deuxième et troisième rounds", relate le poids léger de 24 ans, qui avoue avoir ressenti un peu de pression au début. "J’ai pris l’un ou l’autre coup évitable, mais sans jamais me retrouver réellement en position fâcheuse."

Avec des déplacements rapides, des gestes précis et un sens du contre aiguisé, le Liégeois a maîtrisé son sujet jusqu’à la fin, étant déclaré vainqueur aux points (59-54, 60-53, 60-53). "Après le troisième round, j’ai réussi à me libérer complètement. je me suis dit que j’allais m’appuyer sur mon style habituel, en m’amusant, en reculant et en contrant. Il était assez lent, je voyais ses coups arriver. Et je prends parfois plus de plaisir à esquiver qu’à porter un coup. Toucher sans se faire toucher : c’est l’essence même de la boxe ! J’aurais pu chercher à le terminer plus tôt, en prenant un peu plus de risques, mais je me suis finalement bien amusé."

Et c’est avec un sentiment très positif, lié à cette 9e victoire en autant de combats, que Miko Khatchatryan est descendu du ring.

"C’est une prestation qui paraît simple, mais c’est surtout le résultat de beaucoup de travail à l’entraînement, souligne l’élève de Roberto Vicari. J’ai beaucoup progressé, ces derniers temps, au contact de boxeurs comme Francesco Patera ou de l’entraîneur américain Hector Bermudez, à Wavre. Et, maintenant que mon bachelier en coaching sportif est derrière moi, j’aimerais vraiment rester dans le flow, comme on dit, et enchaîner les combats. J’ai envie de tirer profit de ma forme actuelle."

Et la suite ? Si un combat en huit rounds sera un point de passage obligé, l’agent de sécurité annonce clairement qu’il vise un championnat de Belgique dans les mois à venir. C’est Francesco Patera, en 2015, qui fut le dernier détenteur de cette fameuse ceinture tricolore.

"Après avoir été champion en amateurs, j’aimerais bien le devenir également chez les professionnels", indique Miko, qui identifie clairement Hakim Ben Ali (21-7) comme l’un de ses possibles adversaires. "C’est lui qui me suit au classement, donc ce combat aurait du sens. Mais il appartient, bien sûr, aux managers de s’entendre."

En attendant, Miko Khatchatryan va continuer à évoluer vers un style de plus en plus professionnel. "Sans oublier qui je suis et tout en continuant à prendre du plaisir sur le ring !" conclut-il.