Liège Il ne vit pourtant pas le début de saison espéré.

En confiance, les Sang et Marine se rendent chez l’ogre, Tessenderlo. Le récent six sur six leur permet de respirer légèrement. Mais, comme la saison dernière, le club flamand est loin d’être un oiseau pour le chat. Son invincibilité actuelle (il est le seul) en est une belle preuve. "Ils ont surpris tout le monde l’année dernière en jouant le top alors qu’ils venaient de monter. Cette année, ce n’est qu’une confirmation", explique Randy Giargiana.

L’adversaire de ce samedi ne rappelle pas vraiment de bons souvenirs aux Liégeois. "Au match aller, nous avons perdu 1-0 sur penalty alors que nous jouions bien. Le problème, c’est que nous n’arrivions pas à conclure. À Rocourt, nous menions 2-0 au repos et puis tout s’est écroulé et nous avons perdu 2-5" , rappelle Giargiana.

À titre personnel , le défenseur espérait probablement un meilleur début de saison. Titularisé à l’entame du championnat, il a vite trouvé une place de réserviste avec quelques montées au jeu. "J’ai fait une préparation idéale. Je me sentais bien. Mais je reconnais que je n’ai pas été bon lors des deux premiers matchs."

Giargiana ne baisse cependant pas les bras. "Je suis très déçu de moi-même mais j’attends mon tour et je me donne à fond aux entraînements, comme un pro."

La semaine dernière face à Winkel, il a foulé le synthétique de Rocourt à 15 minutes du terme. Et de quelle manière ! Son but de la tête à la 87e, combiné à un arrêt de Kévin Debaty sur un pénalty, a permis à Liège de remporter trois points supplémentaires. "Le travail paie et j’espère que ça va continuer. Il y a eu des coups de sifflet quand je suis monté mais je n’étais pas directement visé, même si ça m’a fait bizarre."