Liège La Visétoise a remporté sa quatrième victoire internationale de l’année, confirmant ainsi sa place de n°1 mondiale.

Plus personne ne peut arrêter Alessia Corrao ! Engagée ce dimanche, à Bielsko Biala, la Visétoise y a décroché sa quatrième médaille d’or internationale de l’année (après Bad Blankenburg, Teplice et Berlin) en autant de tournois, confirmant son statut de n°1 mondiale cadets en -63 kg. Avec ses titres au Régional et au National, Alessia réalise donc un incroyable sans-faute depuis le début de la saison, d’autant qu’au résultat, elle y ajoute la manière.

En Pologne, la protégée de Damien Bomboir, à la Fédé, et de Fabrice Flamand, en club, a ainsi remporté ses cinq combats par ippon. Exit l’Autrichienne Tretnyak, la Lituanienne Pileckaite, l’Allemande Folger, la Japonaise Yazawa et la Russe Guzun, n°2, mais impuissante face au nouveau phénomène Corrao. Une réussite qu’Alessia, 17 ans, savoure avec son magnifique sourire, mais aussi une étonnante modération… "Je suis ravie de ce qui m’arrive… Être n°1 mondiale, c’est fantastique ! Mais il faut garder les pieds sur terre et mes entraîneurs sont là pour me le rappeler. Franchement, à Bielsko (sic) comme à Berlin, je n’étais pas au mieux lors de mes deux premiers combats. J’avais peur d’un jour sans… Et c’est mon mental qui m’a sauvée ! J’avais de meilleures sensations en fin de journée. Je tiens donc à remercier mon coach de m’avoir aidée à positiver. J’étais déterminée et lui aussi !"

Quel contraste avec la saison dernière quand, à la même époque, Alessia avait failli tout plaquer, faute de résultats, avant de décrocher le bronze à l’Euro. Cette médaille fut le déclic, qu’elle confirma de brillante manière avec une autre, également de bronze, aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. "Depuis lors, tout se passe comme dans un rêve. Mais le revers de la médaille, ce sont les études. Là, je l’avoue, je m’en sors de justesse grâce à mes copines qui m’aident à me mettre en ordre quand je manque les cours. Malgré tout, la matière s’accumule et je crains un peu pour les examens de juin."

Car, en judo, Alessia Corrao est loin d’avoir assouvi toutes ses ambitions. "Fin juin, il y a l’Euro, fin juillet, l’EYOF et fin septembre, le Mondial, autant d’objectifs que je compte vraiment préparer le mieux possible."

Ce mercredi, elle partira en stage avec les élites en Israël, et ce, jusqu’au 31 mai. Ensuite, il y aura le passage obligé et redouté des examens scolaires avant un autre stage à l’étranger pour finaliser sa préparation en vue de l’Euro où elle se voit bien décrocher l’or.