Le championnat des réserves de Nationale 1 fait partie de ces rares compétitions qui ont toujours le feu au vert. Actuellement, la deuxième équipe du RFC Liège respire la forme. Avec un neuf sur neuf (trois matchs joués sur quatre), elle se hisse à la deuxième place du général après avoir battu le leader l’Olympic de Charleroi (10 sur 12) vendredi.

Pourtant, cette jeune équipe sang et marine composée essentiellement de joueurs nés en 2002 et 2003 a fait peau neuve. “Nous avons même aligné un joueur né en 2004”, précise le fidèle coach, Fabrice Cristallini.

“Nous faisons partie de ces équipes qui veulent valoriser les jeunes. Tous les deux ans, nous devons donc repartir avec un tout nouveau groupe. La plupart des autres formations alignent une équipe réserve pour donner du temps de jeu à des gars du noyau A qui n’en ont pas le week-end ou qui reviennent de blessure. On y retrouve parfois des gars de 24 ans.”

Et cette philosophie fonctionne bien depuis plusieurs années. “Nous sommes parvenus à sortir trois ou quatre jeunes en peu de temps, c’est énorme pour une EDJ comme celle de Liège qui fait face à la concurrence d’autres clubs du coin. Il faut être inventif et créatif pour convaincre un jeune de rester à Liège. L’un des arguments est de pouvoir jouer le même championnat que l’équipe A.”

Fabrice Cristallini et le club ont de quoi être fiers du travail accompli. “La première fierté, c’est d’abord Kakou (Romain Matthys). Mais il y a aussi des joueurs comme Bustin, Ronvaux, Dago… Sans oublier ceux qui font les beaux jours d’autres équipes. Ils sont nombreux comme Raskin, Merchie, etc.”

Les objectifs pour cette saison sont clairs : “Essayer d’amener encore l’un ou l’autre jeune dans le noyau A. Nous sommes aussi des compétiteurs. Il est beaucoup plus simple de défendre un joueur quand l’équipe termine bien classée.”