Le HC Visé sort d’une finale pour en disputer… une autre. Ce samedi (20h) il affronte Tongres dans un match plein de saveur.

Lors du match aller, les Tongrois avaient en effet aligné d’emblée six Liégeois (tous les joueurs de champ), dont beaucoup étaient déjà passés par la Cité de l’Oie. Et l’entraîneur, Jean-Luc Grandjean, est aussi un Tchantchès. Malmené de bout en bout, Visé avait arraché un point miraculeux.

Mais cette fois, il y a aura bien plus que du prestige en jeu. La première place du groupe devrait en effet permettre d’éviter Bocholt en demi-finale du championnat de Belgique.

“C’est donc bien une finale”, dit Korneel Douven, le coach mosan. “Il convient de l’aborder dans les meilleures conditions physiques et psychologiques. C’est pour ça que je suis très satisfait de la manière affichée jeudi à Atomix. Il était non seulement important de gagner, il fallait se mettre à l’aise dès la première mi-temps pour pouvoir faire tourner car ce sera notre troisième match en huit jours. De plus, tout le monde a retrouvé le sourire après la finale de coupe perdue.”

Douven, qui n’avait déjà plus que 15 joueurs à sa disposition, espère qu’il pourra compter sur Sébastien Danesi. Celui-ci s’est occasionné une contracture aux ischios à l’entraînement et a ressenti une douleur lors du match à Atomix. Il a donc préféré lever le pied. “J’en ai profité pour tester une défense étagée.”

Brixhe, lui, s’est occasionné une entorse à la cheville suite à un mauvais réflexe d’un joueur adverse, qui a tendu la jambe devant lui. Une faute de footballeur punie d’un carton rouge. Dommage pour l’ailier droit, qui livrait une bonne deuxième mi-temps. “Il était déçu de ne pas avoir joué contre Bocholt mais je suis très content de sa réaction”, dit Douven.

Autre satisfaction : Vincent Bello, qui prend de plus en plus de responsabilités. “Je vais entamer ma quatrième saison au club et devenir un des plus anciens”, déclare l’étudiant français “Avec le départ de Matej Flajs, je me dois de m’affirmer de plus en plus.”

Et s’affirmer, ce sera aussi exiger de l’équipe qu’elle joue plus vite. “À l’aller, nous nous sommes laissés endormir, ça ne peut plus arriver.”