Johan Meens n’était jamais parvenu à terminer une course UCI de catégorie 2. Mais il vient de se classer 20e du Giro del Belvedere, classique italienne qui dispose de ce statut. Un top 20 qui souligne la progression du Liégeois, qui s’est agréablement surpris à Villa di Villa où il a terminé premier Belge parmi une concurrence très internationale.

"Je me suis effectivement un peu étonné", dit celui qui a intégré en 2021 la formation continentale Bingoal-Sauces Pauwels Wallonie Bruxelles Development Team. "D’ailleurs, durant la course, je ne m’étais pas rendu compte que j’étais dans le premier groupe car nous n’étions plus qu’une vingtaine. Je pensais qu’il y avait un groupe devant. Ce parcours me convenait bien, notamment avec une côte difficile. J’ai souffert, mais je me suis accroché. Je suis donc très content de finir dans le top 20. Même si je me pose des questions : je me demande quel était le niveau de cette épreuve."

Véritable classique en Italie et régulièrement gagnée par de futurs pros (Stefan Kung l’a remportée en 2013, et, depuis, tous les autres lauréats ont roulé chez les pros), elle est relevée. La liste des partants le confirme avec la présence des meilleures formations continentales espoirs, celle liées aux grandes formations du World Tour, comme les AG2R, les Jumbo-Visma, les DSM, les Groupama-FDJ…

"Cette prestation confirme que j’ai franchi un ou deux niveaux cette année, depuis que j’ai rejoint Bingoal-Sauces Pauwels Wallonie Bruxelles", explique-t-il. "C’est motivant."

Et sa prestation n’a pas échappé à son staff : il a été repris dans le noyau pro pour le Tour de Valence, qui débute ce mercredi. "Ce sera un niveau encore plus relevé, avec des grandes équipes comme Movistar. Ce sera un peu impressionnant de rouler avec des coureurs renommés. Tout comme le fait de rouler pour des leaders comme Jelle Vanendert ou Timothy Dupont. Une superbe expérience."