La saison des Bulldogs de Liège peut être qualifiée de magnifique, d'historique. Après avoir remporté la Coupe de Belgique et le championnat de Belgique, ils sont maintenant prêts à décrocher le titre de champion de Beneleague. 

Dimanche, ils l'ont emporté à Heerenveen, après avoir perdu le match aller samedi à domicile. Grâce à cela, ils joueront le dernier match à domicile ce mardi soir. En cas de victoire, la Beneleague sera en poche. 

Lors de la défaite de samedi, un seul mot était sur toutes les lèvres: l'arbitrage. En effet, ce dernier était plus que litigieux et bien trop souvent partial. A juste titre, les Bulldogs se sont sentis lésés. Pour le duel ô combien important de ce mardi, le corps fédéral des arbitres n'a rien trouvé de mieux que de désigner... un des trois mêmes arbitres que samedi. De quoi faire fulminer les dirigeants du club liégeois. "Durant la saison déjà, il nous a causé pas mal de soucis, déclare Olivier De Vriendt, le président des Bulldogs. Nous avions demandé à la Ligue pour ne plus l'avoir mais visiblement, le message n'a pas été entendu. Ils décident ce qu'ils veulent, comme ils veulent. Il y a un manque cruel de psychologie du corps fédéral des arbitres. C'est dommage avant cette belle fête du hockey."

Jouer cette belle? 

Du côté de la direction liégeoise, on avoue avoir hésité à boycotter le match de ce mardi. "Quand nous avons appris la nouvelle, il n'était pas question pour nous de jouer. Finalement, nous avons décidé de maintenir le match pour les joueurs, le staff et toutes les personnes qui nous suivent. Il est évident qu'au niveau psychologique, il aurait été mieux d'aborder cette finale plus sereinement. Mais bon, nous allons la jouer et la gagner, cette finale, pour montrer que nous sommes plus forts que tout."