Il n'avait par contre pas retenu l'attention des dirigeants.

Inutile d’insister sur le rôle crucial et primordial que joue Brahim Sabaouni au sein du onze sérésien. Cependant, seul, il ne peut colmater les brèches visibles ces derniers temps. Comment explique-t-il ce mois sans victoire ? "Lors de nos quatre dernières sorties, on a mis les mêmes ingrédients qu’auparavant. Sauf que, pour diverses raisons, le résultat n’était pas au rendez-vous. Peut-être y a-t-il un peu de fatigue ou un manque de réussite ? Toujours est-il qu’il faut rester concentrés, le plus dur dans le foot, quel que soit le niveau, est de garder le cap."

Et le Français, passé par Tubize et le Lierse, de s’appuyer sur la dernière prestation métallo afin d’espérer renouer avec la victoire. "À Dessel, l’équipe a offert une belle copie, tant individuellement que collectivement. Ce match, mille fois on doit le gagner ! On a été compacts et on n’a rien concédé. On a juste vendangé nos occasions… Remettons tous ces éléments face au RWDM. En y ajoutant la victoire."

Du temps où Drazen Brncic coachait le RWDM, il s’était intéressé au profil de Sabaouni. "Je l’avais déjà vu au Lierse et j’avais pu me rendre compte de son potentiel. Je voulais qu’il vienne passer un test, mais la direction s’y est catégoriquement opposée", relate l’ancien coach… sérésien.

"Je sais que l’on parlait vaguement de moi là-bas, mais c’était à peine des bruits de couloir", signale le médian défensif, conscient qu’il est nécessaire que les Rouge&Noir passent mois de décembre parfait.

Car Deinze impose une cadence infernale. "D’une part, on ne doit se concentrer que sur nos performances. Avec comme impératif de renouer avec la victoire. Deinze ? Cette équipe est en pleine bourre depuis les trois coups. Mais tout club, même de haut niveau, commet des faux pas au cours d’une saison. Cependant, on ne se focalise pas sur le parcours des Flandriens, mais plutôt sur notre objectif prioritaire qui est une participation au tour final."

Alors que le Franco-Marocain, né à Lil le, a pour habitude de retenir le positif de toute situation, il se permet un petit rappel . "Mentalement, on est prêts au combat et l’ambiance de début de saison est toujours présente. Mais c’est dans les moments difficiles que l’on voit les vraies équipes."