Parmi les acquisitions destinées à amener un vrai plus à la jeune équipe mosane, on retrouve deux Hollandaises.

D’un côté, Loës Vandewal (26 ans), en provenance de Budesliga 2. De l’autre, Diane Houben, arrivée de St-Trond.

Mais comment le cercle mosan est-il parvenu à attirer ces deux joueuses de renom ?

"Au départ, avant que Bocholt n’arrête, je devais rejoindre cette équipe", signale l’arrière centre venue de Lintfort (8e sur 16 équipes l’an dernier en Bundesliga 2). "Mon passage à Visé est largement dû à Werner Roef, le coach qui a su me convaincre de le rejoindre."

Et ce n’est pas la distance qui a freiné ses ardeurs. "J’habite à Holthees (à 120 km de Visé, NdlR) mais je travaille à Geleen (à 40 km de la cité mosane, NdlR). Ce que j’espère en venant ici ? J’ai encore de la place à la maison pour des médailles. Une coupe de Belgique, ce serait bien, non ?"

Quant à Diane Houben, elle doit aussi amener son expérience. D’autant plus qu’elle connaît la compétition belge.

"On doit encore apprendre beaucoup de nos partenaires, mais on forme déjà un bon groupe soudé. À 29 ans, je ne considère pas ma venue comme un pas en arrière. Juste un léger recul en raison de l’approche de la fin de ma carrière…"