Pour certaines personnes, vivre sans la passion du sport est une véritable punition. Depuis près d’un demi-siècle, le football fait partie de la vie de Luc Ernes au quotidien. D’abord joueur avant de devenir entraîneur, Pigeon aime le football pour son côté sportif mais aussi son aspect humain.

Aujourd’hui entraîneur de Faimes en P1 liégeoise, il avoue avoir bien des difficultés à se rendre à l’évidence que le ballon ne roule plus chez les amateurs le mardi, le jeudi et le dimanche.

"Le football occupe mes journées et mon esprit", dit celui qui a fait les beaux jours du RFC Liège.

Bien heureusement, il exerce toujours son autre passion. "J’ai encore la colombophilie. Mais le football reste la sortie du week-end par excellence. Beaucoup de gens vont se promener mais, moi, je n’en ai pas envie. Tout tourne autour du foot. Le samedi, on pense et on prépare déjà le match du lendemain."

Le plus dur arrive

Les moments passés avec les joueurs et les dirigeants de Faimes lui manquent aussi. "Le contact, boire un verre… surtout à domicile. J’aime beaucoup le côté humain."

Au lieu de cela, il a dû trouver une autre occupation. "Je regarde la TV. D’habitude, c’est occasionnel. Ici, j’ai même usé les piles de ma télécommande (rires). À partir de maintenant, ça sera encore plus difficile et long car le beau temps est là et on a envie d’être au bord du terrain."