Après avoir remporté la dernière compétition test organisée à Gand au début du mois, prouvant ainsi qu’elle était de retour en très grande forme, Noémie Louon a dû déchanter : trois jours plus tard, la jeune gymnaste se blessait, en effet, au dos à l’entraînement sur un mouvement anodin.

"J’ai fait une mauvais réception au saut, je suis arrivée entre deux tapis", révèle-t-elle. "Je ne savais plus trop bouger et je viens de reprendre ce lundi. C’est dommage, j’étais dans une très bonne dynamique. C’était un petit coup d’arrêt mais je ne vais rien lâcher."

Membre du groupe de dix gymnastes qui tentent de décrocher leur qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, Noémie Louon espère toujours faire partie des six filles (quatre plus deux réserves) qui s’envoleront le 14 juillet pour le Japon.

"J’étais super contente de mon travail après le dernier test", reprend-elle. "J’ai bien su rebondir après des championnats d’Europe qui m’avaient fort déçue. Il y avait encore quelques petites erreurs, des points de détail sur lesquels je me réjouissais de pouvoir travailler à l’entraînement. Et puis cette mésaventure est arrivée. Heureusement que je peux m’appuyer sur une bonne compétition avant cela parce que je ne ferai que les barres et la poutre ce week-end au FIT-Challenge, la dernière étape avant que la sélection soit officialisée. Je vais donner le maximum pour mes derniers entraînements et pour cette compétition. Je dois juste garder confiance, faire de mon mieux, parce que les exercices à chaque agrès, je les connais, et normalement il n’y aura pas de problème. J’ai envie de montrer que je suis toujours là, malgré cette blessure."

Quoi qu’il arrive, Noémie Louon a, par ailleurs, décidé qu’elle continuerait à mener ses études à Gand en les combinant avec la gymnastique de haut niveau. "J'ai hésité pendant un moment, j’en ai parlé avec ma maman, et après bonne réflexion, j’ai décidé de continuer ici, à Gand, dans l’optique aussi des Jeux olympiques de Paris en 2024. Ce n'est plus si loin maintenant..."

© BELGA