Tout le monde connaît ce petit disque volant que l’on se lance sur la plage ou dans le jardin. Il existe une autre dimension de cette discipline qui ne connaît qu’un seul club en région liégeoise. Il s’agit d’Ouftimate, adaptation bien liégeoise du nom officiel de ce sport. Le club a été créé en 2012 et compte presque 80 membres qui s’entraînent, trois fois par semaine, à Sclessin.

Adrien André, coach et joueur, est évidemment un vrai passionné. "Ici, nous avons quasi la parité entre hommes et femmes. Comme c’est un sport sans contacts, la mixité est tout à fait possible. Dans chaque équipe, 7 joueurs vont tenter d’atteindre la zone de but adverse, sur un terrain de la taille d’un petit terrain de foot. Il faut atteindre le score de 15 points. Il s’agit de se faire des passes rapides et précises, en utilisant les différentes techniques de lancer. Dès qu’un joueur est en possession du disque, il ne peut plus bouger. Il faut une bonne lecture du mouvement de ses partenaires mais aussi des adversaires qui doivent intercepter le disque en vol."

Le fair-play, une identité

Autre particularité de cette discipline, c’est l’arbitrage. "Toutes les rencontres se font en auto-arbitrage, à tous les niveaux de compétition", poursuit-il. "Je ne suis pas d’accord avec mon adversaire ? On discute et on se met en phase. Ça donne une nouvelle dimension de fair-play dans les matches."

Les compétitions sont étalées sur des week-ends complets où la fête n’est pas oubliée. "On distribue trois titres à la fin du tournoi. Le vainqueur qui a accumulé le plus de points durant les rencontres ; le vainqueur du fair-play, jugé par les autres équipes et le vainqueur de la soirée du samedi… Je ne vais pas vous faire un dessin…"

Sur le plan international, les USA, le Canada et le Japon dominent la discipline. La Belgique figure en bonne place au niveau européen et notre petit pays compte une trentaine de clubs. L'Ultimate Frisbee est un sport mixte qui ne demande pas de gros investissements : une licence et des crampons.