Ce duel de P1 ne s’est finalement pas joué. Le Comité provincial tranchera.

Le week-end dernier, Ougrée - Beaufays ne devait finalement être qu’une remise comme une autre, parmi les quatre qui ont amputé cette dernière journée disputée avant la trêve.

Sauf que cette remise prête à polémique dans la mesure où le club sérésien, qui offrait l’hospitalité à une des deux lanternes rouges de la série, n’a pas accédé à la volonté arbitrale de disputer cette rencontre. Si M. Picard jugeait la surface synthétique praticable, bien qu’enneigée, le club d’Ougrée (via la commune) lui opposait un règlement interdisant la tenue de ce match.

Alain Colomberotto , l’entraîneur ougréen, se serait volontiers passé de ce contretemps. Il le considère comme une tempête dans un verre d’eau. "Le club avait hésité à faire les démarches en matinée pour demander la remise sachant qu’on annonçait des conditions météo plus favorables dans l’après-midi."

Alain Colomberotto ne conteste pas, dans l’absolu, la décision prise par l’arbitre de jouer cette rencontre. "Mais notre terrain synthétique est communal et répond à des conditions d’utilisation via un règlement. Pour garantir sa longévité, il est interdit d’y monter en cas de gel et de neige. L’arbitre est resté sur sa position et nous avons alors dû faire appel à un membre de l’administration communale pour trancher."

Le dénouement est attendu prochainement dans les bureaux du Comité provincial. Ce lundi en fin de journée, son président Marc Collard-Bovy nous assurait ne pas encore avoir reçu le moindre retour écrit de cette remise. "Je reste calme et serein face à cette situation, réagit Alain Colomberotto. Si j’ai bien compris, un rapport suivra au CP. On pourrait donc perdre ce match 0-5, on l’accepterait et on passerait au suivant, point à la ligne. Mais je trouverais ça complètement absurde dès le moment où l’accès à un site (nous) est interdit par un règlement communal."