Le dernier hiver avait été fructueux pour Oussama Lonneux, aujourd'hui athlète à Seraing Athlétisme: 9e à l'Euro espoir de cross, vice-champion de Belgique du 3000 indoor, troisième des championnats de Belgique de cross court.

Las, l'enchaînement avec l'été avait été complètement loupé. La faute au Covid, qui avait de surcroît fort impacté sur le moral de l'athlète liégeois. Bilan: un seul dossard épinglé (championnat de Belgique du 10 km sur routes) soldé par un abandon.

Depuis fin décembre, le Liégeois met les bouchées doubles à l'entraînement pour gommer cela.

"J'ai accès à la piste de Louvain-la-Neuve pour l'entraînement 2 à 3 fois par semaine et j'ai remis en route un solide protocole gainage/musculation", dit-il alors qu'on le verra s'aligner ce samedi sur 1500 mètres lors du meeting français de Lievin (pas l'international, qui a lieu le 6 février). "Avec Henri Salavarda, mon entraîneur, on a décidé d'axer cet hiver sur le 1500 mètres. Il n'y avait pas de cross, pas de routes, donc on a réintroduit des séances plus nerveuses, plus rapides. Je les ai toutes bien négociées alors qu'elles étaient basées sur un chrono à 3'40 sur 1500. Du coup, j'ai en tête l'Euro de Torun (Pologne), début mars. Le minimum demandé est à 3'41:32. C'est jouable. Je vais vraiment pas mal. J'ai par exemple bouclé un 1000 mètres en 2'22 sur la piste de Louvain-La-Neuve. Maintenant, il faudra voir aussi quelle sera l'opposition ce samedi..."