Du côté de Saive, la sage décision d’arrêter toutes les activités a été prise. “La situation a évolué négativement entre mercredi et jeudi. Il devenait difficile de garantir le bon état de santé de tout le monde. Le plus grand problème se situe au niveau des joueurs qui ont un petit frère qui joue dans une autre équipe et qui, du coup, ne fait pas partie de la même bulle au sein du club”, explique Pascal Pennartz, dirigeant du club.

Il assure bien que ce n’est pas la solution de facilité qui a été choisie. “Nous ne l’avons pas fait de gaieté de cœur. Notre seule priorité, c’est la santé de tous. Pour moi, il aurait été plus intelligent d’arrêter complètement les compétitions à partir du moment où il n’était plus possible de respecter les directives. Il ne faut pas non plus oublier que nous avons beaucoup de nos joueurs qui fréquentent les écoles de Herve où les cas sont nombreux et qui sont en quarantaine” , poursuit Pascal Pennartz, lui-même papa de joueurs.

“J’ai une fille et un garçon qui jouent à Saive. Quand je leur ai annoncé que c’était fini pour l’instant, ils étaient tristes mais ils ont compris quand j’ai expliqué le pourquoi du comment.”

Saive n’est bien sûr pas un cas isolé en province de Liège. “Nous avons communiqué clairement et plusieurs clubs ont suivi. Je pense notamment à Crisnée, Trooz, Xhoffraix, Warsage, Olne, Herstal, Magnée…”, poursuit le dirigeant.

Beaucoup de clubs ont décidé de se réunir ce week-end afin de décider quelle direction prendre, en attendant de nouvelles directives de l’ACFF en début de semaine.