La fédération de basket-ball a opté pour une reprise de la compétition de la TDW1 dès le mois de décembre, avec un protocole bien précis, similaire à celui des hommes. Après de longues semaines de discussions, c'est finalement ce qui a été décidé, même si ce n'était pas la première option.

Les clubs ont dû choisir rapidement s'ils souhaitaient ou non reprendre dans ces conditions. En province de Liège, deux clubs de dames évoluent au plus haut niveau: Liège Panthers et Pepinster. Si les pensionnaires du Sart-Tilman ont tout mis en oeuvre pour pouvoir prendre part au championnat, les Verviétois, eux, ont refusé, justifiant leur décision par le côté sanitaire, humain, sportif et financier.

Pepinster restera donc sur la touche jusqu'en septembre prochain, avec uniquement des entraînements et des amicaux si cela est autorisé, mais sans conséquence sportive.

Le communiqué du club

"Tout d’abord, les premiers échanges concernant une reprise du championnat ont débuté à la mi-octobre et différents scénarios ont été discutés.

Reprendre le sport professionnel sous un protocole est une possibilité donnée par nos institutions. Elle permet aux sportifs et clubs professionnels de continuer à s’entrainer et jouer sous des conditions de protocole strict. C’est sur cette base que la fédération veut reprendre dès le 5 décembre 2020 la nouvelle mouture du championnat.

Nous avons toujours souhaité être constructifs et étions prêts à prendre nos responsabilités mais pas dans n’importe quelles conditions.

Les éléments nous ayant conduits à ce retrait sont sanitaires, sportifs, humains et économiques.

Sanitairement, notre région a été et est toujours très durement touchée par la pandémie. Nos filles et le staff en ont également durement fait les frais.

Le protocole mis en place pour le sport professionnel n’est pas adapté à des clubs amateurs ni à des joueuses non professionnelles. Dans notre équipe, nos filles sont médecins, kinésithérapeutes, enseignantes, étudiantes… et reprendre actuellement, avec ou sans protocole, un sport de contact indoor est, vous le comprendrez, très (trop) risqué et, rappelons-le, normalement pas permis aux sportifs amateurs hormis sous les U13. Sans compter qu’un cas positif dans l’équipe lors des tests covid 19 bihebdomadaire signifie une mise en quarantaine de chacune des filles et du staff avec un lourd impact sur la vie professionnelle et familiale.

Cet élément justifie à lui seul notre décision de ne pas reprendre, dans l’état actuel, la compétition de TDW1.

Sportivement, nous pensons que la reprise du championnat le 5 décembre, alors que les entrainements collectifs et en salle ne pourront reprendre qu’à partir du moment où le protocole sera validé par les ministres compétents (ce qui n’est toujours pas le cas), ne laisse pas suffisamment de temps aux joueuses de se reconditionner à la pratique d’un sport aussi exigeant que le basketball. Les blessures, certaines peuvent être graves, induites par une préparation insuffisante, sont un risque majeur encouru par l’empressement de reprendre la compétition dans ces conditions.

De plus, nous n’aurions pu bénéficier de l’ensemble du groupe convenu en début de saison et présenter une équipe compétitive aux joueuses désirant tout de même faire le « sacrifice » de se produire dès maintenant en compétition. Il n’est pas raisonnable économiquement de prolonger l’ensemble des joueuses sous contrat et les filles ne désiraient pas reprendre, à juste titre, dans les conditions actuelles.

Humainement, il était difficile de demander à nos bénévoles de supporter le poids d’un protocole lourd à mettre en place ainsi que toutes les difficultés sanitaires qui alourdissent les nombreuses tâches permettant aux clubs de fonctionner. Nos bénévoles sont géniaux & passionnés, ils auraient fait des miracles sans rechigner mais nous ne voulons pas de ça pour eux.

Le sens qu’a notre club de proposer, autant qu’il le peut, des équipes jouant au plus haut niveau, c’est également pour vous nos supporters et sympathisants. Force est de constater que ce n’est pas demain que vous auriez pu rejoindre notre salle et reprendre « Ensemble » du plaisir autour de nos passions communes que sont le club et le basket.

Economiquement, une reprise aurait également eu un impact sur les finances du club que nous voulons garder saines. S’il n’y avait pas eu les éléments précédents, ce point n’aurait pas été un écueil insurmontable. Mais vu les circonstances, il n’y avait pas d’intérêt à mettre sous pression le budget du club.

Vous n’avez pas idée à quel point vous nous manquez, ô combien nous désirons retrouver avec vous ces moments de convivialité si chers à l’esprit de notre club. Dès que la situation sanitaire et que les directives institutionnelles seront favorables à la reprise du basketball, nous mettrons tout en œuvre pour vous accueillir avec toute la passion qui va si bien à notre Pepinster !"